Spiritualité et problèmes d’alcool

Pour aller plus loin : Cours de reiki minimax


Une personne m’a contacté parce que plus elle pratique la spiritualité, plus elle se tourne vers l’alcool. Elle voudrait savoir comment dépasser cette situation.

Le sujet est vraiment intéressant parce que personne n’ose en parler. Les marchands du temple ont tout fait pour rendre la spiritualité propre et sans risque. Et cette situation atteint son paroxysme avec la mode actuelle du politiquement correct. Mais dans les faits, la spiritualité n’est pas une thérapie. Il s’agit plutôt d’une mise en danger.

La spiritualité est l’exploration d’une réalité inconnue. Et toute exploration possède des risques. Cela est d’autant plus dangereux que si on nous dit que c’est facile, nous ne serons pas préparés. Mais il ne faut pas non plus tomber dans l’extrême inverse. À trop voir le danger partout, nous le créons.

Aujourd’hui, de nombreuses personnes sont en quête d’elles-mêmes et de guérison. Elles ne se sont pas forcément formulé les choses ainsi. Mais c’est ce qui anime leur recherche.

Elles pensent que la spiritualité va les aider dans leur quête. Mais se soigner soi-même par la spiritualité n’est pas si simple. Bien sûr, la spiritualité peut apporter des capacités de guérison. Mais elle apporte souvent plus d’agitation.

Toute personne qui a abordé un peu « sérieusement » la spiritualité a dû faire face à cette confusion. Beaucoup se referment et ne veulent plus entendre parler de spiritualité.

D’autres se referment également et continuent de se raconter des histoires spirituelles. Même s’il est triste de faire ce constat, la majorité des personnes qui fréquente la sphère spirituelle est dans ce dernier cas.

Et il n’y a finalement que très peu de personnes qui dépassent cette situation.

Pour ma part, même si je n’ai pas encore trouvé la solution ultime, je pense qu’il faut chercher un équilibre entre spiritualité et développement personnel.

De nombreuses personnes confondent les deux. Mais la spiritualité consiste à lâcher ce qui est personnel pour atteindre l’universel. Certaines personnes ont compris cela et rejettent le personnel. Mais cette vision des choses conduit à une vie désincarnée.

C’est un peu comme se dire « je m’en fous de mon lieu de vie et de mon travail, ce qui compte, c’est les vacances et les week-ends ». Bien entendu, on ne pas pas être heureux très longtemps avec une telle vie. Mon premier conseil est donc de trouver un équilibre entre vie spirituelle et vie matérielle.

Ensuite, il est important d’arrêter de croire que les choses ont de l’importance. Nos angoisses viennent du fait que nous prenons tout trop au sérieux. Si la terre disparaissait du jour au lendemain, cela ne changerait pas grand-chose à la marche de l’univers. Lorsque nous nous souvenons de cela, nos tracas sont tout de suite moins importants.

On dit que la lumière éclaire l’ombre. Il faut donc être honnête avec soi-même, changer ce qui nous déplaît et accepter le reste. Mais il est possible de voir les choses autrement et d’aller beaucoup plus loin.

Selon la kabbale, nous possédons des réceptacles pour recevoir la lumière. Et s’ils ne sont pas assez solides, ils se brisent. C’est pour cela que la kabbale a la réputation d’être dangereuse. Mais en réalité, dès qu’une pratique spirituelle est efficace, le risque est le même.

Toujours selon la kabbale, c’est la bonté qui renforce nos réceptacles. En langage clair, plus nous développons notre bonté, plus nous sommes invulnérables aux troubles psychiques engendrés par la recherche spirituelle.

Concernant les addictions, je m’intéresse à la chimie du cerveau depuis plus de 15 ans et cela m’a inspiré des méthodes pour les dépasser que je n’ai jamais vu ailleurs.

Les personnes sujettes aux addictions ont un déficit en dopamine. Le but de l’addiction est de stimuler nos circuits de récompense pour libérer de la dopamine. J’en ai déjà parlé sur ce blog, l’apprentissage est un moyen sain et efficace pour libérer de la dopamine. Ce que je n’ai pas dit, c’est que cela constitue un bon moyen de combattre les addictions.

Pour une personne qui s’intéresse à la spiritualité, il est possible d’apprendre des langues anciennes, de lire des textes fondateurs dans leur langue, d’étudier le contexte historique dans lequel ils ont été écrits… Il y a de quoi occuper toute une vie à plein temps sans jamais en voir la fin.

Au sujet de l’alcool en particulier, on trouve des pistes très intéressantes dans le livre « recadrage » de Bandler et Grinder. Pour pouvoir comprendre ce livre, il est nécessaire de connaître les bases de la pensée de ses auteurs. Il faut déjà avoir lu « transe-formation » et « les secrets de la communication ». Dans « recadrage », ils parlent de la dissociation alcoolique. Et ils expliquent comment réconcilier la partie dissociée avec le reste de la personne.

Les méthodes de recadrage impliquent qu’une personne en aide une autre, mais il est toujours possible de les adapter en mode autohypnose pour un traitement sur soi.

J’ai fait un texte à rallonge qui dépasse un peu le format habituel d’un article de blog. C’est qu’il y a beaucoup à dire sur le sujet. J’ai essayé d’envisager tous les angles. Et aussi d’élargir le sujet pour qu’il soit utile au plus grand nombre. J’espère que cela vous aidera.


Découvrez l’auto-initiation reiki en téléchargeant gratuitement ce manuel.

Reiki élémentaire (728.1 KiB)