Comment ne pas sombrer dans la peur de vivre

Avez-vous besoin de mes conseils ? Cliquez ici


Je suis en plein chamboulement dans ma manière d’appréhender la spiritualité. J’ai décidé de réfléchir à « voix » haute sur mon blog pour partager cela avec vous. J’ai écrit un premier article sur le problème de la spiritualité. Un autre sur les clefs du bonheur.

Dans cet article, je voudrai conclure cette mini série. En réalité, je reprendrais probablement ce sujet lorsque j’aurai de nouvelles idées. Mais avant cela, j’aimerai faire un premier bilan.

Quelle est la principale conséquence de tous les problèmes que j’ai soulevés ? Et qu’est-ce que cela change dans ma vision de la spiritualité ?

La conséquence des problèmes évoqués est simple. La spiritualité a tendance à nous couper du monde et nous empêcher de vivre notre vie dans la matière. Même pour une personne qui prône une spiritualité incarnée. Au nom de la spiritualité, nous avons tendance à délaisser notre vie sur terre à un degré ou à un autre, à avoir peur de l’autre, de l’argent, du sexe, de la nourriture, du travail…

Pourtant, s’impliquer dans nos occupations terrestres rend heureux et facilite la vie, spirituelle ou non. Le simple fait d’avoir des objectifs et de se consacrer à des projets concrets nous aide à cultiver notre joie de vivre et notre bien-être.

Si par exemple, je passe 1h sur Facebook, je vais me sentir vide. Sur Facebook, on attend le contenu qui va nous intéresser. Mais il faut passer en revue des dizaines de statuts avant de tomber sur le bon. Et entre deux perles rares, on nourrit notre esprit de pensées fast-food. Si au contraire, je décide de faire avancer mes projets ou d’écrire un article, je vais me sentir bien.

Qu’est-ce que cela change dans ma vision de la spiritualité ? C’est également très simple. J’ai toujours dit que nous ne devions pas attendre que le monde extérieur nous rende heureux. Cela ne change pas.

Par contre ce principe ne devrait pas nous empêcher de vivre sur terre, de construire la vie de nos rêves, et de nous impliquer dans des projets concrets et constructifs.

Je souhaite donc prendre une orientation « développement personnel » et parler moins de spiritualité. Certains verront cela comme une régression, mais paradoxalement, la spiritualité est associée à toutes sortes de croyances mortifères dont il est difficile de se dépêtrer. Le développement personnel est plus tourné vers la vie.

Certains dénoncent la superficialité du développement personnel. Il est vrai que le domaine connaît des dizaines de clones ratés d’Anthony Robbins qui sont intéressés uniquement par l’argent et qui n’ont pas grand-chose de nouveau à dire. Mais nous avons les mêmes dans le domaine spirituel.

D’autres accusent le développement personnel de manquer d’altruisme. Mais ils ne se sont jamais intéressés au sujet. Même le plus mauvais clone d’Anthony Robbins vous dira que pour avoir plus de joie, il faut partager la joie, et pour avoir plus d’amour, il faut partager l’amour…

En réalité, il n’y a pas grand-chose à dire de la spiritualité. Au fond, elle consiste surtout à se centrer sur son cœur pour aimer plus. Tous les autres enseignements ne sont finalement que du développement personnel. Leur but n’est pas spirituel. Le but est de nous aider à revenir sur terre en un seul morceau. Mais le label « spiritualité » est source de confusion et génère un snobisme peu productif.

Et le développement personnel est plus en phase avec notre temps. Cela fait au moins 7 ou 8 ans que le monde du développement personnel propose des solutions pour faire face au problème d’attention lié à notre époque. Pour ma part, cela fait plusieurs années que je propose des solutions à ce problème. Mais je le fais parce que je suis détaché du traditionalisme. Pendant de nombreuses années, les traditionalistes continueront d’affirmer qu’il ne faut surtout rien changer à leurs dogmes et que tout fonctionne très bien ainsi.

Mais dans les faits, cela est faux. J’ai par exemple un questionnaire permanent qui me permet de « prendre la température » de la communauté reiki et je constate une multiplication des personnes qui n’arrivent pas à pratiquer à cause d’un manque d’attention.

Au passage, j’ai modifié ce questionnaire pour marquer mon changement d’orientation. S’il y a des sujets en rapport avec le développement personnel que vous voudriez voir traiter sur le blog, n’hésitez pas à me poser vos questions.

Bien entendu, un changement d’étiquette ne change rien fondamentalement. On peut dire des choses intelligentes ou des idioties, quelle que soit l’étiquette que l’on utilise. Mais comme je l’ai expliqué plus haut, une étiquette implique souvent toutes sortes d’idées qui nous semblent indissociables de l’étiquette. Ce changement n’est donc pas totalement anodin. Une étiquette nous incite plus ou moins à nous couper du monde. L’autre nous motive à vivre pleinement l’expérience de l’incarnation.


Découvrez l’auto-initiation reiki en téléchargeant gratuitement ce manuel.

Reiki élémentaire (728.1 KiB)