Des questions que l’on me pose souvent

Une nouvelle manière de pratiquer le reiki


En début d’année, j’ai lancé le reiki thêta. Certaines personnes se demandent encore en quoi cela consiste et ce que cela apporte de plus par rapport au reiki « basique ». Avant d’acheter, lisez cet article jusqu’à la fin. Je vous propose en effet des conditions particulières jusqu’à dimanche soir.

Dans un premier temps, j’explique les grandes lignes de ma démarche dans cet article :

http://www.reiki-dojo.com/formation-reiki-theta-classique/

Dans cet autre article, je précise également ma démarche :

http://www.reiki-dojo.com/les-problemes-du-reiki/

En résumé, de nombreuses personnes débutantes ont du mal à apprendre le reiki. Et de nombreuses personnes expérimentées s’ennuient dans leur pratique du reiki. Le reiki est une bonne base pour apprendre la guérison. Mais il a également ses limites et il mérite d’être amélioré avec les meilleures pratiques qui sont actuellement à notre disposition. Avec le temps, le reiki s’est enrichi de nombreuses pratiques. Mais ces pratiques sont souvent gadgets. Les pratiques essentielles du reiki n’ont pas évolué. Pourtant, bien souvent, il est possible de les améliorer. Je me suis rendu compte que la méditation guidée permet de changer d’état de conscience plus rapidement et de vivre facilement des expériences plus profondes, plus intenses et plus satisfaisantes. J’ai donc créé des méditations guidées qui reprennent des pratiques de reiki existantes, pour les rendre plus accessibles et plus vivantes. Le reiki thêta se concentre essentiellement sur la pratique personnelle, car c’est ainsi que la plupart des gens pratiquent le reiki.

On m’a souvent demandé s’il est possible de pratiquer le reiki thêta sans les méditations guidées. Voici ma réponse :

http://www.reiki-dojo.com/peut-on-pratiquer-le-reiki-theta-sans-les-meditations-guidees/

Et voici un autre article sur le sujet de la canalisation des symboles. Ceci est un élément important du reiki. Mais il est souvent mal compris :

http://www.reiki-dojo.com/lutilisation-des-symboles-dans-le-reiki-theta/

Jusqu’à dimanche soir (le 26/07/2020), je vous propose le reiki thêta avancé à son tarif de lancement. Si vous décidez de profiter de cette offre, le site vous proposera une option avec le reiki thêta classique également à son tarif de lancement. C’est donc la bonne occasion pour découvrir le reiki thêta si vous ne l’avez pas encore fait.

Tout cela est accessible à partir de cette page :

http://www.reiki-dojo.com/formation-reiki-theta-avance/

Spécial confinement

Une nouvelle manière de pratiquer le reiki


Jusqu’à la fin du confinement, j’ai remis en place l’offre suivante :

http://www.reiki-dojo.com/je-vends-tout-reiki-dojo/

Prenez soin de vous.

La bonne formulation des cinq principes du reiki

Une nouvelle manière de pratiquer le reiki


Dans le reiki thêta classique, il existe une méditation bonus pour intégrer les cinq principes du reiki. Dans cette méditation, j’utilise la formulation des principes du reiki selon Takata :

  • Juste pour aujourd’hui, vous ne devriez pas vous mettre en colère.
  • Juste pour aujourd’hui, vous ne devriez pas vous inquiéter.
  • Vous devriez être reconnaissant pour les nombreuses bénédictions.
  • Gagnez votre vie avec un travail honnête.
  • Soyez bon avec vos voisins.

Une personne m’a fait remarquer que les deux premiers principes ont une formulation négative. Elle préfère donc utiliser la formulation suivante, « Juste pour aujourd’hui, je suis sereine, juste pour aujourd’hui, je suis confiante ». Elle m’a demandé mon avis.

Tout dépend de la manière dont vous souhaitez utiliser les cinq principes du reiki. Si vous souhaitez les répéter pour les intégrer dans votre subconscient, il faut effectivement utiliser une formulation positive. Mais ce n’est pas le but de la méditation guidée du reiki thêta. C’est pour cela que j’ai utilisé une formulation classique avec des négations.

Concernant les règles de reprogrammation du subconscient, il faut faire bien attention. De nombreuses personnes ne les ont pas comprises et partagent n’importe quoi en pensant bien faire.

Le subconscient a tendance à ne pas tenir compte des négations. Mais il ne suffit pas d’enlever les négations. Il faut également se focaliser sur ce que nous souhaitons. Par exemple, en France, nous utilisons souvent une formulation du genre : « Juste pour aujourd’hui, je me libère de la colère. Juste pour aujourd’hui, je me libère de l’inquiétude. »

À l’origine, cette formulation vient de Barbara Ray. Mais cette version des principes reiki n’est pas adaptée à la reprogrammation du subconscient. Même s’il n’y a pas de négation, cette formulation est négative. En effet, elle nous invite à nous concentrer sur ce que nous ne voulons pas. Par contre, la formulation qui m’a été proposée « Juste pour aujourd’hui, je suis sereine, juste pour aujourd’hui, je suis confiante » est parfaitement adaptée à la reprogrammation du subconscient.

En matière de reprogrammation du subconscient, une autre erreur classique concerne l’utilisation de la formulation « je veux ». Il est souvent dit qu’il ne faut pas utiliser ce type de formulation dans la reprogrammation du subconscient. La raison donnée est que cette manière de formuler notre intention renforce notre désir et notre frustration, mais elle ne nous aide pas à atteindre nos objectifs. Cette explication est un peu superficielle.

En réalité, cette idée vient d’Émile Coué. Il explique que la volonté est le propre de la conscience. Mais ce n’est pas elle qui possède le pouvoir de transformation. Par exemple, si je veux maigrir, je ne vais pas forcément y arriver. Car la volonté vient de la conscience, mais le pouvoir de changer vient du subconscient. C’est pour cela qu’utiliser la volonté n’est pas la manière la plus adaptée pour la reprogrammation du subconscient. Dans ce cas, ce n’est pas très grave de rester sur une explication superficielle. Mais c’est toujours mieux de comprendre ce que l’on fait.

L’utilisation des symboles dans le reiki thêta

Une nouvelle manière de pratiquer le reiki


Dans les pratiques du reiki thêta, lorsqu’il est question de canaliser un symbole, je dis « ressentez la nature spécifique de son énergie ». Une personne m’a demandé ce que cela signifiait.

Il est souvent enseigné qu’il suffit d’activer un symbole et ne plus s’en occuper. Selon cette vision des choses, il est possible d’activer tous les symboles à la suite pour que cela fonctionne. Mais en réalité, si vous pratiquez ainsi, il ne va pas se passer grand-chose.

A l’origine, on m’a enseigné l’utilisation des symboles de cette manière et comme cela ne donnait pas de grands résultats, j’ai rapidement laissé tomber leur utilisation. De nombreuses personnes sont dans cette situation. C’est peut-être votre cas. Vous vous dites peut-être que les symboles sont des roulettes d’entraînement et que vous n’en avez pas besoin.

Le problème est que les symboles sont généralement mal enseignés. En les utilisant de la bonne manière, il est possible d’aller beaucoup plus loin. J’ai compris cela en lisant le livre « Reiki essentiel » de Diane Stein. Je n’ai pas le livre sous la main et je ne me souviens pas exactement de sa manière de décrire l’utilisation des symboles. Mais j’ai compris qu’il ne suffisait pas d’activer un symbole pour qu’il fonctionne. Il faut aussi prendre du temps pour canaliser son énergie. Cela signifie qu’il faut activer le symbole puis observer son énergie.

Pour comparer ce phénomène avec quelque chose de plus simple, l’énergie reiki, sans symboles, fonctionne de la même manière. Si vous posez les mains avec l’intention de donner du reiki, puis que vous pensez constamment à autre chose, votre traitement ne sera pas très bon. Au contraire, plus vous restez observateur de l’énergie qui s’écoule, plus votre traitement sera profond. C’est exactement la même chose avec les symboles. L’activation du symbole change la nature de l’énergie et si vous n’êtes pas observateur de cette énergie, le symbole n’aura pas beaucoup d’effets.

Ensuite, être capable d’observer la différence de l’énergie demande un certain discernement spirituel et cela prend des années pour le développer. L’idée n’est pas de créer cette différence, mais d’être uniquement observateur. Et si dans un premier temps, vous ne voyez pas de différence entre l’énergie simple et l’énergie d’un symbole, ce n’est pas très grave.

Avec l’expérience, la canalisation des symboles déclenche des visions non imaginales. Cela signifie que ces images sont abstraites et impossibles à imaginer. Lorsqu’elles surgissent, le mental se dit « ah oui, c’est comme cela », avant de s’escamoter pour laisser place à l’expérience. Ces expériences constituent une porte d’entrée vers la contemplation profonde.

J’ai découvert cela il y a dix ans, mais je suis resté assez discret sur le sujet. Cela dépasse les mots. Tout ce que je peux en raconter n’est qu’un vague souvenir qui n’a pas de grand rapport avec l’expérience. Le problème est que pour atteindre cette expérience, il faut lâcher prise. Plus vous désirerez atteindre cette expérience, plus elle vous échappera. Plus vous réfléchirez à cette expérience, plus vous créerez une structure mentale qui vous coupera le chemin.

Mais avec dix ans de recul, j’ai le sentiment de m’être trompé. Je pense aujourd’hui qu’en parlant de ce phénomène, avec les bonnes mises en garde, cela vous aidera à l’atteindre. Tout cela est assez paradoxal parce que pour atteindre les portes de la contemplation, il faut faire beaucoup d’efforts en pratiquant quotidiennement pendant des années. Mais pour que les portes s’ouvrent, il faut s’effacer complètement et ne rien désirer.

Le chemin pour arriver à cela est le chemin que j’ai toujours décrit.

Acceptez l’ombre

La lumière dévoile l’ombre. Lorsque nous n’entretenons pas un bon rapport avec l’ombre, la vie spirituelle est impossible. Chaque expérience lumineuse peut entraîner une crise émotionnelle. L’acceptation de l’ombre se fait en deux temps.

Il faut d’abord sortir de la projection. Pour cela, il faut comprendre que ce n’est pas la négativité extérieure qui nous fait souffrir, mais notre propre négativité. Lorsque nous ne réagissons pas négativement aux situations négatives, nous sommes invulnérables. Quoi que nous ressentions, il faut donc toujours se recentrer sur soi-même. Cela ne signifie pas qu’il faut tout accepter des autres. Il ne faut pas hésiter à s’éloigner des personnes toxiques. Mais cela signifie qu’il faut apprendre à être responsable de tout ce que nous ressentons.

Ensuite, il faut apprendre à s’aimer tels que nous sommes. Comme ne l’a pas dit Marc Aurèle (en réalité, cette citation vient de la prière de sérénité de Reinhold Niebuhr), cela permet de changer ce qui peut changer et d’accepter ce qui ne peut pas changer.

Cherchez la lumière

Quotidiennement, pendant des années, il faut pratiquer. Avec l’expérience et l’intégration des pratiques, il est possible de dépasser cette discipline. Mais pendant au moins dix ans, essayez de pratiquer tous les jours. Ne pratiquez pas de techniques qui ne vous apportent rien. Cherchez l’extase. Le moyen le plus fondamental consiste à se centrer sur son cœur et à se placer en état d’amour. Mais ce n’est pas toujours facile, surtout au début. Trouvez des variantes qui stimulent votre imaginaire et qui facilitent cette expérience.

Dans le contexte particulier du reiki devenez familier avec l’énergie. De nombreuses personnes se contentent de ressentis assez faibles. Elles ne s’en rendent pas compte parce qu’elles ne connaissent que cela. Pratiquez l’imagination tactile quotidiennement. Un jour vous allez atteindre un décrochage. Votre système énergétique va entrer en vibration. Vous aurez le sentiment de faire de la montagne russe. Cette expérience vous fera peut-être un peu peur. Mais après cela, l’énergie ne vous quittera plus jamais. Dans le contexte du reiki thêta, vous pouvez utiliser la seconde méditation guidée du reiki thêta classique pour atteindre cette expérience.

Développez le discernement spirituel

Beaucoup de gens s’égarent à cause de leur mauvaise foi. Ils s’ouvrent et vivent des expériences difficiles, puis ils se referment. Au lieu de vivre vraiment leur vie spirituelle, ils fuient les pratiques qui fonctionnent et se racontent des histoires spirituelles. Pour éviter cela, il est important de développer une certaine clarté. Et c’est cette même clarté qui vous permettra de percevoir l’énergie des symboles.

Pour développer le discernement spirituel, il faut sortir du voile des histoires. Au lieu d’écouter ce que les gens disent, observez ce qu’ils font. Vous pourrez ainsi repérer facilement les gens qui enjolivent leur vie et se donnent le beau rôle. Et ensuite, même s’il est toujours plus difficile d’être objectif avec soi-même, appliquez ce principe pour vous-même. Votre vie est-elle vraiment telle que vous vous la racontez ? Soyez honnêtes. Évitez de mentir. Assumez ce que vous faites ou ne le faites pas.

Épurez vos croyances

Aujourd’hui, nous opposons souvent spiritualité et raison. Mais cela est parfaitement stupide. Et voir la spiritualité ainsi nous empêche d’aller au fond des choses. Toute croyance devrait s’ancrer dans l’expérience. Les gens ont tendance à croire ce qui les rassure ou ce qui leur fait peur. Ne croyez pas une chose parce qu’un gourou vous a dit de la croire. Faites vos expériences et adaptez constamment votre système de croyances en fonction de votre vécu. Je vais prendre un exemple que l’on retrouve beaucoup en ce moment. De nombreux charlatans prétendent qu’en entretenant un taux vibratoire élevé, nous devenons invulnérables aux virus. Mais il est facile de vérifier que c’est faux.

En ce moment, je suis plutôt bien dans ma vie spirituelle. Je n’ai pas seulement créé le reiki thêta pour vous. Je l’ai aussi développé pour moi. Et grâce à cela, je retrouve mes meilleures expériences de reiki. Mais cela ne me rend pas invulnérable aux maladies. Depuis un mois, j’ai des symptômes de rhumes saisonniers. J’ai les yeux qui piquent, le nez qui chatouille, parfois les amygdales un peu gonflées… Et je sais très bien que ma vie spirituelle ne me rend pas invulnérable à l’épidémie actuelle. Par contre, je suis serein et totalement immunisé contre l’épidémie de connerie qui l’accompagne. D’une manière générale, la spiritualité est toute puissante en ce qui concerne notre monde intérieur. Mais dans le monde extérieur, ce qui inclut notre corps, son pouvoir est limité. Et à moins de vouloir faire deux ans de prison pour exercice illégal de la médecine, on ne peut rien promettre dans ce domaine.

Dans cet article, je suis un peu parti loin. Mais tout cela n’est pas hors sujet. La pratique avec les symboles peut vous amener très loin, au plus profond de la spiritualité. C’est pour cela que j’ai rappelé ce cheminement.

Peut-on pratiquer le reiki thêta sans les méditations guidées ?

Une nouvelle manière de pratiquer le reiki


Plusieurs personnes n’aimant pas être dépendantes d’un support extérieur m’ont demandé s’il est possible de pratiquer le reiki thêta sans les méditations guidées.

J’ai peut-être mal expliqué les choses, mais le reiki thêta est basé sur des pratiques de reiki existantes. Son seul intérêt est l’adaptation de ces pratiques sous forme de méditations guidées. Donc, si vous ne voulez pas être dépendant d’un élément extérieur, pratiquez tout simplement le reiki ordinaire.

Comme je l’ai déjà expliqué, les méditations guidées permettent d’atteindre plus rapidement et plus facilement des états de conscience profonds.

Le reiki thêta s’adresse aux personnes qui trouvent leur pratique du reiki un peu poussive, qui s’ennuient, qui ont du mal à vivre des expériences satisfaisantes…

Pour ma part, la pratique du reiki m’ennuyait depuis des années. En utilisant des méditations guidées, j’ai retrouvé mes meilleures expériences en quelques mois.

Pourtant, je suis un indépendant forcené. J’aime être autonome. Je trouve que malgré leurs belles promesses, les traditions initiatiques sont toujours une source de limitations et de confusion.

Je me suis intéressé à l’hypnose thérapeutique. Je l’ai pratiqué pendant des années sous forme d’auto-hypnose en me disant que l’efficacité était la même. Mais lorsque je me suis mis sérieusement à la méditation guidée, je me suis rendu compte que je me trompais.

J’avais pourtant lu des spécialistes qui expliquaient que certaines choses ne pouvaient être faites que lors d’une séance classique, mais pas en auto-hypnose. Mais je me disais qu’ils étaient aveuglés par leur vision du monde. J’avais en partie raison parce qu’il est possible de plus ou moins tout faire en auto-hypnose. Mais il est tellement plus simple et plus efficace de tout lâcher et de se laisser guider par une voix extérieure.

Finalement, nous vivons dans un environnement technologique et nous avons toujours la possibilité d’écouter un fichier audio. Donc, une pratique basée sur des méditations guidées n’entraîne pas une très grande dépendance à un élément extérieur.

Ce que j’aime également dans cette approche, c’est qu’elle permet de redéfinir la technologie. Nous avons tendance à percevoir la technologie sous un angle négatif. C’est sûr qu’une personne qui passe 2h par jour sur Facebook va rapidement avoir une capacité d’attention inférieure à celle du poisson rouge. Cela ne va pas vraiment l’aider dans sa vie spirituelle. Mais en soi, la technologie n’est pas mauvaise. C’est juste notre utilisation qui est mauvaise.

Certaines personnes ayant tendance à manquer de concentration m’ont signalé que la pratique du reiki est beaucoup plus facile pour elles depuis qu’elles utilisent mes méditations guidées. Comme nous sommes immergés dans la technologie, autant l’utiliser dans le bon sens.

Pour en savoir plus :