L’utilisation des symboles dans le reiki thêta

Pour aller plus loin : Formation de reiki thêta


Comme on me l’a beaucoup demandé, pendant cette semaine, je propose à nouveau la formation « Reiki Thêta Classique » à son prix de lancement.

Dans les pratiques du reiki thêta, lorsqu’il est question de canaliser un symbole, je dis « ressentez la nature spécifique de son énergie ». Une personne m’a demandé ce que cela signifiait.

Il est souvent enseigné qu’il suffit d’activer un symbole et ne plus s’en occuper. Selon cette vision des choses, il est possible d’activer tous les symboles à la suite pour que cela fonctionne. Mais en réalité, si vous pratiquez ainsi, il ne va pas se passer grand-chose.

A l’origine, on m’a enseigné l’utilisation des symboles de cette manière et comme cela ne donnait pas de grands résultats, j’ai rapidement laissé tomber leur utilisation. De nombreuses personnes sont dans cette situation. C’est peut-être votre cas. Vous vous dites peut-être que les symboles sont des roulettes d’entraînement et que vous n’en avez pas besoin.

Le problème est que les symboles sont généralement mal enseignés. En les utilisant de la bonne manière, il est possible d’aller beaucoup plus loin. J’ai compris cela en lisant le livre « Reiki essentiel » de Diane Stein. Je n’ai pas le livre sous la main et je ne me souviens pas exactement de sa manière de décrire l’utilisation des symboles. Mais j’ai compris qu’il ne suffisait pas d’activer un symbole pour qu’il fonctionne. Il faut aussi prendre du temps pour canaliser son énergie. Cela signifie qu’il faut activer le symbole puis observer son énergie.

Pour comparer ce phénomène avec quelque chose de plus simple, l’énergie reiki, sans symboles, fonctionne de la même manière. Si vous posez les mains avec l’intention de donner du reiki, puis que vous pensez constamment à autre chose, votre traitement ne sera pas très bon. Au contraire, plus vous restez observateur de l’énergie qui s’écoule, plus votre traitement sera profond. C’est exactement la même chose avec les symboles. L’activation du symbole change la nature de l’énergie et si vous n’êtes pas observateur de cette énergie, le symbole n’aura pas beaucoup d’effets.

Ensuite, être capable d’observer la différence de l’énergie demande un certain discernement spirituel et cela prend des années pour le développer. L’idée n’est pas de créer cette différence, mais d’être uniquement observateur. Et si dans un premier temps, vous ne voyez pas de différence entre l’énergie simple et l’énergie d’un symbole, ce n’est pas très grave.

Avec l’expérience, la canalisation des symboles déclenche des visions non imaginales. Cela signifie que ces images sont abstraites et impossibles à imaginer. Lorsqu’elles surgissent, le mental se dit « ah oui, c’est comme cela », avant de s’escamoter pour laisser place à l’expérience. Ces expériences constituent une porte d’entrée vers la contemplation profonde.

J’ai découvert cela il y a dix ans, mais je suis resté assez discret sur le sujet. Cela dépasse les mots. Tout ce que je peux en raconter n’est qu’un vague souvenir qui n’a pas de grand rapport avec l’expérience. Le problème est que pour atteindre cette expérience, il faut lâcher prise. Plus vous désirerez atteindre cette expérience, plus elle vous échappera. Plus vous réfléchirez à cette expérience, plus vous créerez une structure mentale qui vous coupera le chemin.

Mais avec dix ans de recul, j’ai le sentiment de m’être trompé. Je pense aujourd’hui qu’en parlant de ce phénomène, avec les bonnes mises en garde, cela vous aidera à l’atteindre. Tout cela est assez paradoxal parce que pour atteindre les portes de la contemplation, il faut faire beaucoup d’efforts en pratiquant quotidiennement pendant des années. Mais pour que les portes s’ouvrent, il faut s’effacer complètement et ne rien désirer.

Le chemin pour arriver à cela est le chemin que j’ai toujours décrit.

Acceptez l’ombre

La lumière dévoile l’ombre. Lorsque nous n’entretenons pas un bon rapport avec l’ombre, la vie spirituelle est impossible. Chaque expérience lumineuse peut entraîner une crise émotionnelle. L’acceptation de l’ombre se fait en deux temps.

Il faut d’abord sortir de la projection. Pour cela, il faut comprendre que ce n’est pas la négativité extérieure qui nous fait souffrir, mais notre propre négativité. Lorsque nous ne réagissons pas négativement aux situations négatives, nous sommes invulnérables. Quoi que nous ressentions, il faut donc toujours se recentrer sur soi-même. Cela ne signifie pas qu’il faut tout accepter des autres. Il ne faut pas hésiter à s’éloigner des personnes toxiques. Mais cela signifie qu’il faut apprendre à être responsable de tout ce que nous ressentons.

Ensuite, il faut apprendre à s’aimer tels que nous sommes. Comme ne l’a pas dit Marc Aurèle (en réalité, cette citation vient de la prière de sérénité de Reinhold Niebuhr), cela permet de changer ce qui peut changer et d’accepter ce qui ne peut pas changer.

Cherchez la lumière

Quotidiennement, pendant des années, il faut pratiquer. Avec l’expérience et l’intégration des pratiques, il est possible de dépasser cette discipline. Mais pendant au moins dix ans, essayez de pratiquer tous les jours. Ne pratiquez pas de techniques qui ne vous apportent rien. Cherchez l’extase. Le moyen le plus fondamental consiste à se centrer sur son cœur et à se placer en état d’amour. Mais ce n’est pas toujours facile, surtout au début. Trouvez des variantes qui stimulent votre imaginaire et qui facilitent cette expérience.

Dans le contexte particulier du reiki devenez familier avec l’énergie. De nombreuses personnes se contentent de ressentis assez faibles. Elles ne s’en rendent pas compte parce qu’elles ne connaissent que cela. Pratiquez l’imagination tactile quotidiennement. Un jour vous allez atteindre un décrochage. Votre système énergétique va entrer en vibration. Vous aurez le sentiment de faire de la montagne russe. Cette expérience vous fera peut-être un peu peur. Mais après cela, l’énergie ne vous quittera plus jamais. Dans le contexte du reiki thêta, vous pouvez utiliser la seconde méditation guidée du reiki thêta classique pour atteindre cette expérience.

Développez le discernement spirituel

Beaucoup de gens s’égarent à cause de leur mauvaise foi. Ils s’ouvrent et vivent des expériences difficiles, puis ils se referment. Au lieu de vivre vraiment leur vie spirituelle, ils fuient les pratiques qui fonctionnent et se racontent des histoires spirituelles. Pour éviter cela, il est important de développer une certaine clarté. Et c’est cette même clarté qui vous permettra de percevoir l’énergie des symboles.

Pour développer le discernement spirituel, il faut sortir du voile des histoires. Au lieu d’écouter ce que les gens disent, observez ce qu’ils font. Vous pourrez ainsi repérer facilement les gens qui enjolivent leur vie et se donnent le beau rôle. Et ensuite, même s’il est toujours plus difficile d’être objectif avec soi-même, appliquez ce principe pour vous-même. Votre vie est-elle vraiment telle que vous vous la racontez ? Soyez honnêtes. Évitez de mentir. Assumez ce que vous faites ou ne le faites pas.

Épurez vos croyances

Aujourd’hui, nous opposons souvent spiritualité et raison. Mais cela est parfaitement stupide. Et voir la spiritualité ainsi nous empêche d’aller au fond des choses. Toute croyance devrait s’ancrer dans l’expérience. Les gens ont tendance à croire ce qui les rassure ou ce qui leur fait peur. Ne croyez pas une chose parce qu’un gourou vous a dit de la croire. Faites vos expériences et adaptez constamment votre système de croyances en fonction de votre vécu. Je vais prendre un exemple que l’on retrouve beaucoup en ce moment. De nombreux charlatans prétendent qu’en entretenant un taux vibratoire élevé, nous devenons invulnérables aux virus. Mais il est facile de vérifier que c’est faux.

En ce moment, je suis plutôt bien dans ma vie spirituelle. Je n’ai pas seulement créé le reiki thêta pour vous. Je l’ai aussi développé pour moi. Et grâce à cela, je retrouve mes meilleures expériences de reiki. Mais cela ne me rend pas invulnérable aux maladies. Depuis un mois, j’ai des symptômes de rhumes saisonniers. J’ai les yeux qui piquent, le nez qui chatouille, parfois les amygdales un peu gonflées… Et je sais très bien que ma vie spirituelle ne me rend pas invulnérable à l’épidémie actuelle. Par contre, je suis serein et totalement immunisé contre l’épidémie de connerie qui l’accompagne. D’une manière générale, la spiritualité est toute puissante en ce qui concerne notre monde intérieur. Mais dans le monde extérieur, ce qui inclut notre corps, son pouvoir est limité. Et à moins de vouloir faire deux ans de prison pour exercice illégal de la médecine, on ne peut rien promettre dans ce domaine.

Dans cet article, je suis un peu parti loin. Mais tout cela n’est pas hors sujet. La pratique avec les symboles peut vous amener très loin, au plus profond de la spiritualité. C’est pour cela que j’ai rappelé ce cheminement.

Comme on me l’a beaucoup demandé, pendant cette semaine, je propose à nouveau la formation « Reiki Thêta Classique » à son prix de lancement.

Peut-on pratiquer le reiki thêta sans les méditations guidées ?

Pour aller plus loin : Formation de reiki thêta


Plusieurs personnes n’aimant pas être dépendantes d’un support extérieur m’ont demandé s’il est possible de pratiquer le reiki thêta sans les méditations guidées.

J’ai peut-être mal expliqué les choses, mais le reiki thêta est basé sur des pratiques de reiki existantes. Son seul intérêt est l’adaptation de ces pratiques sous forme de méditations guidées. Donc, si vous ne voulez pas être dépendant d’un élément extérieur, pratiquez tout simplement le reiki ordinaire.

Comme je l’ai déjà expliqué, les méditations guidées permettent d’atteindre plus rapidement et plus facilement des états de conscience profonds.

Le reiki thêta s’adresse aux personnes qui trouvent leur pratique du reiki un peu poussive, qui s’ennuient, qui ont du mal à vivre des expériences satisfaisantes…

Pour ma part, la pratique du reiki m’ennuyait depuis des années. En utilisant des méditations guidées, j’ai retrouvé mes meilleures expériences en quelques mois.

Pourtant, je suis un indépendant forcené. J’aime être autonome. Je trouve que malgré leurs belles promesses, les traditions initiatiques sont toujours une source de limitations et de confusion.

Je me suis intéressé à l’hypnose thérapeutique. Je l’ai pratiqué pendant des années sous forme d’auto-hypnose en me disant que l’efficacité était la même. Mais lorsque je me suis mis sérieusement à la méditation guidée, je me suis rendu compte que je me trompais.

J’avais pourtant lu des spécialistes qui expliquaient que certaines choses ne pouvaient être faites que lors d’une séance classique, mais pas en auto-hypnose. Mais je me disais qu’ils étaient aveuglés par leur vision du monde. J’avais en partie raison parce qu’il est possible de plus ou moins tout faire en auto-hypnose. Mais il est tellement plus simple et plus efficace de tout lâcher et de se laisser guider par une voix extérieure.

Finalement, nous vivons dans un environnement technologique et nous avons toujours la possibilité d’écouter un fichier audio. Donc, une pratique basée sur des méditations guidées n’entraîne pas une très grande dépendance à un élément extérieur.

Ce que j’aime également dans cette approche, c’est qu’elle permet de redéfinir la technologie. Nous avons tendance à percevoir la technologie sous un angle négatif. C’est sûr qu’une personne qui passe 2h par jour sur Facebook va rapidement avoir une capacité d’attention inférieure à celle du poisson rouge. Cela ne va pas vraiment l’aider dans sa vie spirituelle. Mais en soi, la technologie n’est pas mauvaise. C’est juste notre utilisation qui est mauvaise.

Certaines personnes ayant tendance à manquer de concentration m’ont signalé que la pratique du reiki est beaucoup plus facile pour elles depuis qu’elles utilisent mes méditations guidées. Comme nous sommes immergés dans la technologie, autant l’utiliser dans le bon sens.

Pour en savoir plus :

Comment reprendre le reiki ?

Pour aller plus loin : Formation de reiki thêta


C’est une question qui revient souvent. De nombreuses personnes ont pratiqué le reiki pendant quelques années. Malgré leur expérience de l’énergie, elles ont fini par laisser le reiki de côté. Et elles se sont refermées. Bien souvent, ce phénomène est lié à des problèmes relationnels difficiles à vivre.

Lorsque des années plus tard, ces personnes souhaitent reprendre leur pratique énergétique, elles ont le sentiment d’être retournées à la case départ. Elles se sentent un peu perdues et elles ne savent pas comment faire pour développer à nouveau leurs capacités énergétiques.

Si vous êtes dans cette situation, vous pouvez tout simplement reprendre les auto-traitements réguliers et attendre que cela revienne. Mais vous pouvez également stimuler vos capacités énergétiques en utilisant d’autres moyens.

La lecture est souvent négligée en tant que pratique spirituelle. Mais la lecture n’est pas seulement un moyen d’apprendre de nouvelles choses. Elle constitue également un bon moyen de tourner notre attention vers la spiritualité. Lisez des livres et des articles qui traitent d’énergétique ou de spiritualité en général. Même si vous connaissez déjà ce que vous lisez, cela vous aidera à vous remettre dans le bain.

Ensuite, je vous conseille de pratiquer l’imagination tactile. On raconte toutes sortes de choses dans le milieu du reiki. Il faut être initié comme ceci ou comme cela, tel protocole est plus valide que tel autre, telle tradition est meilleure que telle autre… Mais objectivement, il y a deux types de personnes dans le domaine de l’énergétique. Celles qui ont pratiqué l’imagination tactile et les autres.

J’ai déjà écrit plusieurs articles à ce sujet il y a quelques années :

La formation dont je parle dans ces articles n’existe plus. Mais vous pouvez retrouver la pratique d’origine dans mon livre « Devenez maître reiki pour moins de 20€ ». De nombreuses personnes ont lu mon livre. Mais cette pratique est souvent passée inaperçue parce qu’elle ne paie pas de mine. C’est pour cela que j’insiste. Elle vaut vraiment la peine qu’on s’y attarde.

De nombreux enseignants de reiki prétendent que l’initiation permet de canaliser le reiki à vie. Mais dans les faits, de nombreuses personnes se retrouvent bloquées après quelques années sans pratiquer. Par contre, lorsqu’on a eu le bon déclic avec l’imagination tactile, l’énergie fait vraiment partie de notre vie et je ne crois pas qu’elle puisse nous quitter.

Donc en résumé :

  • Lisez sur le sujet
  • Pratiquez l’imagination tactile
  • Reprenez les auto-traitements

Différence entre amour de soi et narcissisme

Pour aller plus loin : Formation de reiki thêta


De nombreuses personnes ont peur de développer l’amour de soi, car elles pensent que c’est une forme de narcissisme. Elles sont donc persuadées que c’est mal. Mais l’amour de soi et le narcissisme sont deux choses totalement opposées.

Le narcissisme est uniquement une histoire que nous nous racontons. Cela se passe dans la tête et non dans le cœur. Le narcissisme est un mensonge qui cache justement le manque d’amour de soi. Une personne narcissique cherche à se surestimer tout en rabaissant les autres parce qu’au fond d’elle-même, elle se sent plus bas que terre.

Dans l’amour de soi, au contraire, nous sommes conscients de nos faiblesses. Mais ce n’est pas grave parce que nous les voyons avec un regard rempli de compassion. L’amour de soi agit comme un baume qui nous permet de supporter toutes les défaillances de notre condition humaine.

Il existe un autre problème qui empêche de pratiquer l’amour de soi. Certaines personnes ont tellement envie de prouver qu’elles sont pleines de bonté, elles transforment l’amour en une sorte de complaisance stupide.

Dans l’amour de soi, nous ne sommes pas complaisants vis-à-vis de nos faiblesses. L’amour de soi n’empêche pas de changer ce qui peut changer. Au contraire, il suffit bien souvent d’observer nos travers avec compassion pour qu’ils disparaissent.

L’amour de soi est vraiment nécessaire à la vie spirituelle. Parce que lorsque nous cherchons la lumière, nous dévoilons l’ombre. Et sans amour de soi, ce phénomène devient invivable.

La face cachée du reiki tibétain

Pour aller plus loin : Formation de reiki thêta


Il y a environ trois ans, un « drame » s’est produit à propos du reiki tibétain. C’est un sujet que j’ai régulièrement abordé en privé. Mais je n’ai jamais écrit d’article pour donner publiquement mon point de vue. En ce moment, je travaille sur la formation avancée de Reiki Thêta. Et comme cette formation se base principalement sur le reiki tibétain, j’ai profité de cette occasion pour donner mon avis sur ce fameux « drame ».

Voici l’extrait du manuel que je suis en train d’écrire :

À l’origine, le reiki tibétain est un ensemble de pratiques compilées par William Lee Rand. Mais cette pratique a été reprise et modifiée par diverses personnes. Et il se trouve que le reiki tibétain qui est généralement enseigné en France n’est pas la version enseignée par William Lee Rand. Dans le reiki tibétain d’origine, le symbole raku en forme d’éclair n’existe pas. Par contre, le symbole que l’on appelle « nin giz zida » ou « serpent de feu » s’appelle « raku ». L’antahkarana ne fait pas non plus partie du système de William Lee Rand. Dans mon ignorance, j’ai moi-même participé à cette confusion dans mon livre « Devenez maître reiki pour moins de 20€ ».

Ces dernières années, de nombreuses personnes se sont rendu compte de ces différences entre le reiki tibétain d’origine et le reiki tibétain enseigné en France. Tout cela a créé beaucoup d’émoi chez certaines personnes. Certaines parmi elles ont l’impression d’avoir été trompées. D’autres ont le sentiment d’utiliser de « faux » symboles.

En réalité, si votre enseignant se présente comme un maître indépendant, vous n’avez pas été trompé. Cette dénomination signifie qu’il adapte le reiki comme il le souhaite, sans se référer à une autorité. Certaines personnes ont cherché le coupable dans la communauté reiki francophone. Mais en réalité, ces ajouts au reiki tibétain existaient déjà dans le reiki anglophone.

Pour ce qui est des « faux » symboles, aucun symbole n’est vrai ou faux. Un symbole permet d’associer un tracé abstrait à une idée. Le symbole permet d’activer cette idée sans utiliser les mots du langage ordinaire. Cela permet d’agir sur l’énergie sans intervention du mental. N’importe quel tracé peut fonctionner. C’est pour cela qu’il n’existe pas de symboles vrais ou faux.

Vous connaissez maintenant mon point de vue sur ce « drame » qui se joue au sein de la communauté reiki francophone depuis quelques années.