Les maîtres reiki sont-ils véritablement en contact avec des guides spirituels ?

Une nouvelle manière de pratiquer le reiki


C’est une question qui m’a été posée. Plutôt que de donner une simple réponse, je vais essayer de débroussailler un peu le sujet des guides spirituels. Parce qu’en effet le sujet n’est pas si simple. La notion de guides existe dans le système de croyances de certaines personnes. Elle n’existe pas dans d’autres. Et lorsqu’elle existe, elle suscite toutes sortes de fantasmes.

Actuellement, on trouve deux grandes approches dans la spiritualité. L’une qui est restée traditionnelle. L’autre qui s’est largement inspirée de la psychologie moderne.

Dans l’approche traditionnelle, il est souvent question de guides spirituels sous diverses formes, des animaux totem, des divinités à attributs humains, des anges… L’approche traditionnelle est plus souvent dogmatique. Les choses sont d’une manière parce que la tradition l’affirme, même si on ne sait pas pourquoi il en est ainsi.

De son côté, l’approche psychologique déconstruit les traditions pour en comprendre les mécanismes universels. L’approche psychologique se veut plus rationnelle et plus fondamentale. Elle permet de prendre du recul par rapport aux croyances et d’expliquer comment fonctionnent les choses.

Selon l’approche psychologique, notre être est composé de plusieurs parties qui interagissent entre elles. Chacune de ces parties se place à un certain niveau sur l’échelle de la conscience qui va de la séparation à l’union. Par exemple, la partie de moi qui éprouve de la colère est plus bas sur l’échelle de la conscience que celle qui éprouve de l’amour.

En réalité, cette vision des choses est bien antérieure à la psychologie, puisqu’elle est assez proche de la philosophie de Platon. Une conscience unique anime le monde et la diversité apparente est issue de la différentiation de cette conscience.

Il existe toutes sortes de techniques qui permettent d’entrer en communication avec des parts plus élevées de la conscience. Par exemple, plus nous apprenons à voir autrui comme un autre soi-même, plus nous montons en haut de l’échelle.

Au passage, cette idée de conscience universelle n’est pas qu’une simple croyance. Lorsque nous sommes dans le bon état d’esprit pour la percevoir en nous-mêmes, nous la percevons aussi en chaque chose dans ce monde.

Le dialogue avec les guides est une méthode comme une autre dans le but d’accéder à un niveau plus élevé de la conscience. Cette pratique n’est pas nécessaire, mais elle est stimulante pour l’imaginaire et peut donner de très bons résultats.

Le but de ces pratiques est d’être plus inspiré, plus créatif, plus lumineux. Mais il existe aussi des pratiques modernes, sans notion de guides, qui permettent d’atteindre les mêmes choses. C’est par exemple le cas dans le développement personnel avec ses méthodes pour stimuler l’inspiration et la créativité.

Les civilisations antiques avaient du mal à saisir les abstractions et avaient besoin de notions imagées pour atteindre les choses. Aujourd’hui, l’abstraction est notre quotidien. Surtout depuis à la démocratisation d’internet. Il est aujourd’hui possible de parler uniquement de conscience et de compassion et de s’en sortir avec cela.

Inversement, nous avons tendance à considérer que l’utilisation d’images concrètes est une forme de naïveté. De plus en plus de personnes trouvent la notion de guide étrange, un peu comme si nous parlions à un ami imaginaire. Lorsqu’elles y croient, c’est pour s’imaginer qu’il s’agit de quelque chose d’extraordinaire, de surnaturel, réservé à quelques « élus ». En réalité, établir un dialogue de ce genre est plutôt facile. Lorsque je me demande à moi-même ce que je vais manger ce midi, le phénomène qui se produit n’est finalement pas très différent. Au reiki III, la plupart du temps, on trouve une technique pour contacter des guides.

Mais cela ne signifie pas que les messages que nous allons recevoir lors de ces expériences seront la vérité ultime qui sera utile à la totalité de l’humanité. On peut juste espérer que ces messages soient un peu plus lumineux et un peu plus inspirés que notre pensée ordinaire.

Dans ma façon d’appréhender les choses, la spiritualité est plus un art de vivre qu’une pratique formelle. Même si la pratique formelle est nécessaire pour découvrir l’art de vivre, ce n’est pas une fin en soi. Le but est d’être plus lumineux et plus inspiré au quotidien, en dehors de toutes expériences particulières.

Même si les guides peuvent nous aider, il est possible de grimper sur l’échelle de la conscience uniquement en cultivant la joie, l’amour, la compassion… Et nous pouvons vivre cet état lumineux et inspiré au quotidien, sans passer par une relation avec des guides.

Pour ce qui est des guides et du reiki, comme je le disais, la majorité des personnes qui ont appris le reiki III on fait l’expérience des guides. Après ce que cela signifie vraiment, il est impossible de faire des généralités. Tout dépend de l’utilité des messages que chacun a reçus et cela varie d’une personne à l’autre, et selon la situation… Et cela n’a pas d’importance. Il est de toute façon plus utile de chercher la lumière en soi plutôt que chez les autres.


Découvrez l’auto-initiation reiki en téléchargeant gratuitement ce manuel.

Reiki élémentaire (728.1 KiB)