Introduction aux archétypes

Découvrez le reiki thêta


Depuis quelques années, la notion d’archétype est à la mode. Par contre, ce concept introduit par Jung reste très mal connu. Chacun lui réinvente une signification qui le plus souvent n’a rien à voir avec ce que sont véritablement les archétypes. La confusion habituelle est de parler d’archétypes pour désigner les mythes.

Un archétype est par définition un élément psychique inné, commun à l’ensemble de l’humanité. Selon cette définition, quelque chose de culturel ne peut donc pas être un archétype. Il est aussi habituel d’associer égrégores et archétypes, mais ceci est une erreur. Dans le vocabulaire de la psychologie analytique, les égrégores sont à rapprocher des mythes.

Les archétypes sont des structures génériques qui permettent à la libido (dans la psychologie analytique, la libido représente la pulsion de vie dans son sens le plus général) de s’incarner à travers des mythes et de se manifester dans notre vie.

L’exemple le plus classique de manifestation d’un mythe dans la psyché humaine est bien entendu l’histoire d’Œdipe qui entraine le complexe du même nom. Selon la psychologie analytique, une telle manifestation de mythe peut se produire avec n’importe quelle autre histoire.

Dans le mythe d’Œdipe, la mère est représentée par le sphinx. Dans les histoires légendaires, il est habituel que la mère soit inconsciemment représentée par des animaux mythiques dotés d’intelligence. Le dragon de Silène en est un autre exemple. C’est dans cette habitude inconsciente, que l’on retrouve dans toutes les cultures, que réside la notion d’archétype.

Certains archétypes forment une échelle de Jacob qui permet de progresser vers le soi, l’archétype de la globalité. Il s’agit de :

  • La persona
  • L’ombre
  • L’archétype sexuel inverse (anima/animus)
  • La lumière

La persona correspond au masque social. L’ombre correspond à l’inconscient personnel. L’archétype sexuel inverse est féminin (anima) si vous êtes un homme et masculin (animus) si vous êtes une femme. Cet archétype est la porte de l’inconscient collectif, c’est pour cela que dans de nombreux systèmes mystiques, il est question d’union du masculin/féminin, d’androgyne primordial… L’archétype lumière correspond à la grande mère chez la femme et au vieux sage chez l’homme.

Chacun de ces archétypes exprime une dualité :

  • Extérieur/intérieur pour la persona
  • Conscient/inconscient pour l’ombre
  • Masculin/féminin pour l’anima/animus
  • Fini/infini pour la lumière

Les deux premiers archétypes persona et ombre constituent ce qui est personnel (même si leur structure est universelle, leurs contenus sont personnels) et les deux suivants appartiennent à l’inconscient collectif.

Les archétypes sont neutres en eux-mêmes et peuvent devenir positifs ou négatifs selon notre façon de les intégrer.

Bien entendu, le système des archétypes est plus complexe et ne se résume pas à cela. De plus, Jung affirme : « À aucun moment, on n’a le droit de s’abandonner à l’illusion qu’un archétype pourrait être finalement expliqué et que, de cette façon, on en aurait fini avec lui. » Il faut donc prendre cet article pour ce qu’il est, une introduction aux archétypes.

Découvrez l’auto-initiation reiki en téléchargeant gratuitement ce manuel.

Reiki élémentaire (728.1 KiB)