Les problèmes du reiki

Découvrez le reiki thêta


Lorsque j’énumère les problèmes communément observés dans l’apprentissage et la pratique du reiki, il y a parfois des enseignants reiki qui réagissent violemment. Les problèmes que j’évoque ne sortent pas de mon imagination. Ces dix dernières années, j’ai reçu des centaines de témoignages et lorsque je parle d’un problème, c’est qu’il revient très souvent.

Mon but n’est pas d’agresser qui que ce soit, mais de rendre le reiki meilleur. À chaque fois que je décris un problème, je tente d’apporter une solution. Chacun possède sa propre sensibilité et vous avez le droit de ne pas apprécier mes solutions. Mais aucun enseignant spirituel sérieux ne nie la réalité des problèmes pour préserver ses croyances.

Cette fois encore, mon but n’est pas d’agresser qui que ce soit, mais de parler d’un problème commun dans la communauté reiki. Certaines personnes sont trop de mauvaise fois pour se remettre en question et cet article ne fera que les mettre en rogne. Mais entre ceux qui apprécient ce que je raconte et ceux qui détestent définitivement tout ce que je partage, il doit bien y avoir des intermédiaires capables de comprendre qu’en tant qu’enseignant reiki, ils ont tout intérêt à prendre en considération les problèmes de la communauté.

Lorsque j’ai présenté le reiki thêta, j’ai évoqué un certain nombre de problèmes et il est vrai que je n’ai pas forcément beaucoup argumenté. Il faut dire que je m’adressais à des personnes qui vivent ces problèmes. Je n’ai donc pas besoin de les convaincre. Et puis j’ai déjà évoqués ces sujets sur ce blog.

Dans mon descriptif du reiki thêta, j’affirme que de nombreux enseignants reiki ne savent pas canaliser les symboles. Même si cette affirmation vous déplaît, c’est pourtant vrai. Une personne qui conseille d’activer un maximum de symboles à la suite ne sait pas comment le reiki fonctionne. Cette manière de faire tient plus de la superstition que de la pratique énergétique. Pour que cela fonctionne, il faut activer un symbole à la fois et observer son énergie.

C’est parce que les symboles sont souvent mal enseignés qu’un bon nombre de personnes finissent par abandonner leur utilisation. Avec ou sans symboles, elles ne voient pas la différence et elles se disent qu’elles n’ont probablement pas besoin des symboles. Mais c’est se priver d’une part importante du reiki. C’est à cause de cela que certaines personnes considèrent que les symboles sont des roulettes d’entraînement pour les débutants. En réalité, les symboles permettent de mettre en mouvement des énergies plus profondes qu’une intention basée sur les mots et nous en avons tous besoin.

Si vous enseignez qu’il suffit d’activer des symboles et qu’ils vont fonctionner tout seuls, au lieu de vous sentir agressé, apprenez à canaliser les symboles comme je viens de le décrire et vous verrez la différence par vous-même.

Toujours dans mon descriptif du reiki thêta, j’affirme également que la plupart des enseignants reiki ne prennent pas le temps lorsqu’ils donnent des initiations. Encore une fois, c’est un problème bien connu. Comment voulez-vous qu’une personne vive une expérience énergétique marquante lors d’une initiation qui dure moins de cinq minutes ?

Et cette fois encore, cela n’est pas une agression. Si vous êtes concerné, apprenez à canaliser les symboles et prenez du temps pour donner les initiations. Je suis persuadé qu’il est possible de donner de bonnes initiations, même lors d’un stage avec quinze personnes. Commencez un peu plus tôt le matin. Terminez un peu plus tard le soir. Supprimez tout ce qui n’est pas essentiel. Donnez plus de photocopies. Et quand vous donnez les initiations, prenez le temps de bien canaliser les symboles. Vos élèves feront la différence. Par contre, évitez de canaliser les symboles lorsqu’ils ont les bras en l’air. Sinon, ils vont avoir les bras qui brûlent et ils risquent de râler.