Archives par étiquette : magnétisme

Les différentes couleurs de l’énergie

Pour aller plus loin : Cours de reiki minimax


Hier, je me suis rendu compte d’un fait amusant. Mon premier maître reiki, comme beaucoup d’autres, disait bien du mal du magnétisme. Par contre lorsqu’il s’agissait de s’établir comme praticien, il conseillait pour les personnes n’habitant pas une grande ville, d’utiliser le titre de « magnétiseur », plutôt que celui de « praticien reiki », parce que celui-ci est plus habituel et bien ancré dans nos traditions. Cela m’a donné l’idée d’un nouvel article sur le sujet du reiki et du magnétisme. Par le plus grand des hasards, il se trouve que Jean-Pierre Chupin du blog « reiki santé » a posté hier un article sur ce même sujet (au passage, si vous ne connaissiez pas ce blog, je vous en conseille la lecture).

mains-reiki

Son article m’a rappelé un autre sujet plus large sur lequel j’avais déjà réfléchi lors d’un échange avec un élève au sujet des différentes « couleurs » de l’énergie. La discussion portait sur certains maîtres qui enseignent à discerner les différentes formes de reiki par le ressenti. Par exemple, apprendre à être capable de reconnaitre quelle forme de reiju on vient de recevoir (est-ce un reiju « Doi », « Otha » …) Même si une telle pratique permet d’affiner les perceptions, j’ai le sentiment qu’elle va à contre-courant du fonctionnement du reiki. En effet, dans la pratique du reiki, on recherche l’union et non la séparation. Le but est de tendre vers l’universel. Effectivement, le simple fait de se dire que l’on va réaliser une pratique donnée d’une tradition donnée activera dans notre inconscient, tout un imaginaire lié à cette tradition. Cet imaginaire est nécessaire au fonctionnement de toute spiritualité, et entrainera sans aucun doute une légère « coloration » de l’énergie. Ceci n’est qu’une limitation liée à notre condition humaine, mais à mon avis, en aucun cas un but à atteindre. Je pense d’ailleurs que la principale différence entre le reiki et le magnétisme est de cet ordre là.

Si l’on prend en considération le fait que le magnétisme s’est développé il y a quelques siècles dans un univers « catholique à l’ancienne », ce que constate Jean-Pierre Chupin est assez logique. Dans ce contexte, c’est le prêtre qui traite des problèmes de l’âme, et si le problème est grave on parlera d’exorcisme. De ce fait, les personnes qui sont nourries par l’imaginaire du magnétisme cherchent avant tout la guérison physique, et si le problème est d’ordre spirituel, même s’il n’est plus trop la mode d’aller voir un prêtre pour cela, ils utiliseront facilement le mot « exorcisme ». De son côté, le reiki s’est développé depuis 30 ans dans un univers « new age / bien-être » et l’imaginaire qui lui est associé est donc plus moderne. Quelqu’un qui souhaite recevoir un traitement reiki est donc bien souvent en recherche de mieux-être. Même si aujourd’hui nous avons tendance à l’oublier, la promesse de départ du reiki est d’apprendre à soigner comme Jésus et ce n’est pas très étonnant non plus que des personnes qui ont une pathologie grave soient attirées par des soins reiki. L’exorcisme a pris une connotation négative pour beaucoup de gens, mais Jésus qui impose les mains pour guérir les malades semble avoir gardé une place encore importante dans notre imaginaire moderne.

Je crois qu’au fond, ce sont surtout les mots qui changent avec les époques et les cultures. Pendant longtemps les maladies ont été considérées comme des déconnexions au divin, et étaient soignées par les prêtres. Puis la médecine du corps s’est séparée de la religion et a pris de plus en plus d’importance dans la guérison des maladies. Aujourd’hui, alors que nous sommes dans une sorte d’apogée de la guérison physique, l’OMS considère que le stress est l’un des facteurs déclencheurs dans 90% des maladies. Une personne stressée est déconnectée de la source d’amour infini qui réside dans son cœur, et on peut voir le stress comme une façon moderne d’exprimer la déconnexion au divin. Au-delà de la petite guerre entre le reiki et le magnétisme, ce qui est bien plus dommage, c’est la guerre qui dure depuis l’antiquité entre la médecine du corps et celle de l’âme. Je suis intimement convaincu du fait que lorsque le corps est atteint par la maladie, il faut soigner le corps en priorité, mais je suis également persuadé du fait que le meilleur moyen d’atteindre la guérison est de conjuguer guérison du corps et guérison de l’âme. J’espère que tous les guérisseurs, qu’ils soient médecins ou énergéticiens, comprendront cela un jour.

Découvrez l’auto-initiation reiki en téléchargeant gratuitement ce manuel.

Reiki élémentaire (728.1 KiB)

Reiki et magnétisme

Pour aller plus loin : Cours de reiki minimax


La plupart des maîtres reiki enseignent que le reiki est par nature différent du magnétisme. Les principales différences évoquées sont en général les suivantes.

  • Pour pratiquer le reiki, il faut être initié.
  • On peut pratiquer le reiki sans limites, car lorsqu’on pratique le reiki, on n’utilise pas sa propre énergie, mais on canalise l’énergie universelle.
  • Le reiki ne traite pas seulement les symptômes, mais, de par le système de traitement complet, le reiki va à la source des problèmes.

La première affirmation va à l’encontre de mon expérience personnelle. On peut tout à fait pratiquer le reiki sans être initié. Il suffit d’un peu de pratique pour découvrir ce phénomène. L’initiation est certes un plus, mais pas une obligation.

Dans l’ABC du magnétisme, un magnétiseur explique qu’il ne donne pas sa propre énergie, mais qu’il canalise de l’énergie pour les personnes qu’il traite. L’ouvrage montre d’ailleurs une photo kirlian de ses doigts avant et après un traitement et on se rend bien compte qu’il n’y a pas de différences (par contre, on note une grosse différence chez la personne traitée qui elle a plus d’énergie après).

Dans l’Auvergne qui guérit, un magnétiseur explique qu’il magnétise ses patients de manière holistique et qu’il attache une importance particulière au traitement de la tête, comme dans le reiki ou dans les positions enseignées par Hawayo Takata, 5 positions sur 12 sont liées à la tête.

Quand on compare reiki et le magnétisme, on se rend compte que ces deux disciplines ne sont pas aussi fondamentalement différentes que l’on veut bien nous le faire croire. Que l’on parle de magnétisme ou de reiki, on a affaire au même phénomène. Ce qui change, c’est le vocabulaire, et parfois certains dogmes ou pratiques, mais la capacité que l’on développe est fondamentalement identique. L’affirmation que le reiki est différent est juste un argument marketing, une volonté de dénigrer les autres pratiques pour justifier des tarifs d’initiation bien souvent élevés.

L’intérêt du reiki est de proposer une méthode pour développer cette capacité que l’on possède tous. Mais cette capacité n’appartient pas au reiki, elle appartient à chaque personne qui se donne la peine de la développer. Avant le reiki, il n’existait pas d’enseignement structuré, rendu disponible à tous pour apprendre l’imposition des mains. En cela le reiki a apporté beaucoup. Mais il faut que le reiki reste à sa place. Lorsqu’on paie pour une formation reiki, on n’achète pas une initiation, ni des symboles, ni une énergie particulière. Ce que l’on paie, c’est le savoir-faire du maître permettant de développer cette capacité. Les initiations et symboles ne sont que des outils. La manière de canaliser l’énergie est très naturelle et n’est pas spécifiquement liée au reiki.

Découvrez l’auto-initiation reiki en téléchargeant gratuitement ce manuel.

Reiki élémentaire (728.1 KiB)