La différence entre inconscient et subconscient

Pour aller plus loin : Je me propose pour vous accompagner


Si vous me lisez régulièrement, vous avez probablement remarqué que j’utilise tantôt le mot « inconscient », tantôt le mot « subconscient ». Vous vous demandez probablement la différence entre les deux. En réalité, plus qu’une différence de sens, il s’agit d’une différence d’époque.

Le terme « subconscient » était utilisé au XIXe siècle pour désigner ce qu’il se passe en nous au-delà de la conscience. Plus tard, les premiers psychanalystes utilisaient alternativement les deux mots. Un jour, Freud a décidé qu’il fallait harmoniser le vocabulaire de la psychanalyse. Il a choisi d’utiliser uniquement le mot « inconscient ». Donc le mot « subconscient » est désuet, et le mot « inconscient » est moderne.

Mais cela dépend également des pays. Les Américains ont été plus influencés par la pensée de Coué que par la pensée de Freud. De ce fait, le mot « subconscient » est encore très employé aux États-Unis.

Pour ma part, même si ces deux mots ont normalement le même sens, lorsque je parle d’auto-analyse et des aspects négatifs de l’inconscient, j’utilise plutôt le mot « inconscient ». Inversement, lorsque je parle de développement personnel et des aspects positifs de l’inconscient, j’utilise plutôt le mot « subconscient ».

Si je fais ainsi, c’est parce que Freud a surtout observé le côté emmerdeur de l’inconscient. Donc lorsque je parle des aspects négatifs de l’inconscient, j’utilise le même mot que lui. Inversement, lorsque la pensée positive s’est développée au XIXe siècle, on parlait de subconscient. Comme le mot « inconscient » est l’option moderne qui est la plus employée aujourd’hui, il m’est probablement arrivé d’utiliser ce mot dans un contexte positif. D’autant qu’au départ, cette association « positif/subconscient » et « négatif/inconscient » s’est faite naturellement sans que j’y réfléchisse. Mais le plus souvent, lorsque je parle de nos capacités cachées au-delà de la conscience, j’utilise le mot « subconscient ».

Concrètement, lorsqu’il est question d’inspiration, de reprogrammation, d’apprentissage et de développement de nouvelles capacités, je parle de subconscient. Et lorsqu’il est question de prises de conscience douloureuses ou d’apparition de troubles psychopathologiques, je parle d’inconscient. Mais il faut garder à l’esprit qu’il s’agit uniquement d’une nuance personnelle. En réalité, les deux mots désignent la même chose.


Découvrez l’auto-initiation reiki en téléchargeant gratuitement ce manuel.

Reiki élémentaire (728.1 KiB)