Archives de catégorie : Spiritualité

Tous des pervers

Voir mon nouveau livre : Devenez maître karuna pour moins de 12 €


Dans mon livre « spirituellement incorrect », je fais le lien entre enseignement et perversité. Pour les personnes qui ne se sont jamais intéressées à la psychologie et qui ne voient pas forcément le rapport, j’aimerais clarifier ce point.

Fondamentalement, un pervers croit que ce qu’il pense est au-dessus de ce que l’autre est capable de penser par lui-même.

Bien entendu, tout le monde connaît la perversité sous son aspect pathologique. À ce stade, un pervers pense qu’il abuse les autres pour leur bien, qu’il s’agisse d’un abus physique ou mental.

Mais vous remarquerez que la motivation fondamentale du pervers est assez similaire à celle de l’enseignant. L’enseignant aussi croit que ce qu’il pense est bon pour les autres.

Mais qu’est-ce qui différencie un enseignant d’un pervers, alors que les deux sont animés par la même motivation ? Et comment enseigner sans tomber dans la perversité ?

La différence entre un enseignant et un pervers est que pour le pervers l’autre n’existe pas. Il se raconte des histoires à propos d’autrui. Mais la réalité des autres ne l’intéresse pas.

De son côté, un enseignant est censé s’intéresser un minimum à la réalité d’autrui pour établir un rapport véritable.

En résumé, lorsque vous vivez une expérience qui ne colle pas à la tradition défendue par un « enseignant », et que celui-ci va chercher à démonter votre expérience par tous les moyens pour préserver sa tradition, vous n’avez pas affaire à un enseignant, mais à un pervers.

Bon, il est facile de tirer sur l’ambulance. Mais en réalité, tous les enseignants sont un peu pervers. Surtout lorsqu’ils n’ont pas conscience du problème.


Découvrez l’auto-initiation reiki en téléchargeant gratuitement ce manuel.

Reiki élémentaire (728.1 KiB)

Le problème de la spiritualité et de l’argent

Voir mon nouveau livre : Devenez maître karuna pour moins de 12 €


On me demande souvent mon avis au sujet de l’argent dans un contexte spirituel. J’ai déjà fait un article sur ce sujet, mais ma vision a probablement évolué depuis.

Certaines personnes pensent que l’argent est mauvais et que tout ce qui touche au spirituel devrait être gratuit. Mais cette vision pose deux problèmes.

Déjà, en lui-même, l’argent est neutre. Notre rapport à l’argent est souvent mauvais, mais l’argent n’est qu’un outil sans volonté propre. Considérer que l’argent est maléfique est tout aussi néfaste que la cupidité et nous amène à nier notre vie terrestre. Nous avons tous besoin de nourriture, d’un toit, de chauffage… Et nous vivons dans un monde où tout cela s’achète avec de l’argent.

Ensuite, ce n’est pas parce qu’un enseignement spirituel est totalement gratuit que la situation est plus saine. Bien souvent, lorsqu’une personne enseigne la spiritualité gratuitement, elle est en recherche d’attention de manière maladive. C’est quelque chose que j’ai constaté de nombreuses fois.

Le problème de l’enseignement spirituel n’est pas l’argent. Le problème est le marketing mensonger qui l’accompagne souvent. Le marketing consiste à faire coïncider l’offre à la demande. Exprimées ainsi, les choses ne semblent pas problématiques. Mais du fait de l’écart qui existe entre le désir des gens et leurs besoins réels, un problème se pose bien souvent.

Je vais vous donner un exemple simple et concret. De nombreuses personnes pensent qu’elles ont besoin d’antibiotiques lorsqu’elles ont la grippe. Un médecin sérieux devrait expliquer à ces personnes que la grippe est un virus et qu’elle ne se soigne pas avec des antibiotiques. Maintenant, chaque fois qu’ils font cela, les médecins risquent de perdre un client. En effet, les gens qui vont chez le médecin pour avoir leurs antibiotiques seront déçus si on ne leur en donne pas. C’est pour cela que de nombreux médecins donnent des antibiotiques lorsque leurs patients ont une maladie virale. Ils préfèrent répondre au désir du client plutôt qu’à ses réels besoins.

Le problème de la spiritualité est qu’elle n’est pas très vendable. La plupart des personnes qui s’intéressent à la spiritualité sont en quête d’identité et recherchent le « faux » soi. La spiritualité consiste à chercher le vrai soi. En général, les gens sont de mauvaise foi, ils blâment le monde lorsqu’ils se sentent mal, et ils sont très attachés à leurs croyances. La spiritualité consiste à être honnête avec soi-même, à se recentrer sur soi lorsque nous ressentons un malaise, et à se détacher de nos croyances dès qu’elles sont contredites par notre expérience.

Je pourrais continuer longtemps comme cela. Pour résumer, la spiritualité est aux antipodes de ce que la plupart des gens recherchent. De ce fait, plus les tarifs d’un enseignant spirituel sont élevés, moins il va pouvoir être sincère.

Il existe de nombreuses personnes qui recherchent des croyances à adopter, une famille de substitution pour les accueillir, un maître pour les sauver, des recettes miracles qui feront que leur vie deviendra simple en reproduisant toujours les mêmes erreurs… Toutes ces personnes sont comme les malades de la grippe qui veulent un antibiotique.

Plutôt que de leur expliquer qu’ils font fausse route, de nombreux « enseignants » choisissent la facilité et profitent de la situation. Et le plus gros problème n’est pas l’existence de cette dérive. Le plus gros problème est que de nombreuses personnes sans mauvaises intentions reproduisent ce qu’elles ont vu faire en pensant que les choses fonctionnent vraiment ainsi. Depuis des millénaires, dans n’importe quelle culture, il existe des prêtes qui affirment qu’il faut les croire, plutôt que d’inciter les gens à faire leurs expériences. De ce fait, le chemin spirituel est sérieusement encombré.

Mais l’argent n’est pas un bon critère de sélection pour définir qui est sincère et qui ne l’est pas. Pour reprendre ma comparaison avec les antibiotiques, il existe des médecins honnêtes qui font pourtant payer leur consultation le même prix que les autres.

On pourrait se dire que plus il y a de l’argent, moins il y a de spiritualité. Même si une telle vision des choses peut souvent se vérifier, elle est superficielle. En fait, il s’agit d’une astuce pour ne pas vraiment réfléchir au problème. Encore une fois, le problème n’est pas l’argent, mais le rapport à l’argent.

Certaines personnes considèrent que la valeur perçue d’un enseignement est liée à son prix. Selon cette vision des choses, un enseignement bon marché est forcément considéré comme inférieur. De ce fait, l’élève est moins motivé et s’impliquera moins dans la pratique. Même s’il existe une part de vérité dans cette affirmation, il existe également des contre-exemples. Pour ma part, j’accorde bien plus de valeur à certains enseignements que j’ai reçus gratuitement ou pour un faible prix. Chaque fois que j’ai payé des formations plus chères, j’ai toujours fini par trouver mieux et moins cher.

Je suis désolé de ne pas donner une réponse simple et claire. Mais comme le problème n’est pas l’argent, mais le rapport à l’argent, les choses sont plus complexes que nous le pensons au premier abord.


Découvrez l’auto-initiation reiki en téléchargeant gratuitement ce manuel.

Reiki élémentaire (728.1 KiB)

Spiritualité et cristaux, comment ça marche ?

Voir mon nouveau livre : Devenez maître karuna pour moins de 12 €


On m’a demandé si les cristaux fonctionnaient uniquement parce que nous y croyions. J’ai longtemps pensé cela, mais aujourd’hui, j’ai une vision un peu différente.

Lorsque nous débutons avec la spiritualité, nous avons tendance à chercher à l’extérieur. Cela se manifeste de diverses manières allant de l’attachement à un maître à l’utilisation d’outils. Dans notre quête de spiritualité, nous sommes comme le petit enfant qui a besoin d’un nounours pour développer la conscience de lui-même.

Le problème de cette démarche est l’attachement. Plus nous cherchons à l’extérieur et plus nous sommes soumis aux ombres. Et puis à un certain degré, si nous avons besoin du monde extérieur pour trouver le spirituel alors que nous sommes l’incarnation de la vie, c’est qu’il y a un problème.

Bien sûr, le spirituel peut s’infiltrer dans la matière. Mais par définition, la matière est le contraire du spirituel. C’est pour cela qu’avec l’expérience, il est plus facile de trouver le spirituel en soi et non à travers le voile de la matière.

Certaines personnes restent prisonnières de leurs habitudes et plutôt que d’intérioriser leurs pratiques, elles continuent d’avoir besoin de leur nounours. Si elles sont heureuses ainsi, c’est très bien comme ça.

Personnellement, je trouve cela dommage. Mais finalement, la spiritualité est comme n’importe quelle autre discipline. Certaines personnes achètent leur pain chez le boulanger. D’autres font leur pain occasionnellement. Et d’autres se passionnent tellement pour la fabrication du pain qu’elles décident d’en faire leur métier. Un boulanger pourra trouver dommage qu’une personne utilise une machine à pain. Mais la plupart des gens se satisferont de cette solution.

Lorsqu’on prend conscience qu’en terme de spiritualité, l’utilisation du monde extérieur est une béquille, on est tenté de penser qu’il ne sert à rien. Mais les choses sont un peu plus complexes.

Lorsque nous n’utilisons aucun support, notre esprit conscient doit être capable, à lui tout seul, de mettre en mouvement nos capacités spirituelles. Mais nous ne sommes jamais totalement conscients de ces capacités. C’est pour cela que l’utilisation de symboles peut être plus efficace qu’une affirmation verbale. Les symboles peuvent mettre en mouvement des capacités inconscientes plus facilement que les mots, trop liés au mental.

L’utilisation des cristaux, ou de n’importe quel outil est à rapprocher des ancres en hypnose. Le principe des ancres est qu’un seul élément d’une expérience peut nous en faire revivre la totalité. Par exemple une musique ou une odeur qui nous plonge dans une expérience passée.

Lorsque nous pratiquons avec des cristaux, le simple fait de les manipuler nous permet d’atteindre facilement la totalité de l’expérience dont nous avons l’habitude. Toucher les cristaux nous permet d’activer des ressources inconscientes plus facilement que notre intention consciente.

Mais avec l’expérience, cela devient de moins en moins nécessaire. Il suffit d’observer ce qu’il se passe en soi lors d’une telle pratique pour devenir de plus en plus conscient de nos ressources spirituelles et les atteindre sans artifices.


Découvrez l’auto-initiation reiki en téléchargeant gratuitement ce manuel.

Reiki élémentaire (728.1 KiB)

Faut-il vraiment croire aux guides ?

Voir mon nouveau livre : Devenez maître karuna pour moins de 12 €


Suite à mon article précédent, j’ai reçu cette question. Comme je le disais dans l’article, il est tout à fait possible d’explorer la conscience sans croire aux guides. Dans notre culture occidentale moderne, nous avons tendance à croire que nous sommes rationnels. Et croire en l’existence des guides ne nous semble pas rationnel.

En réalité, on nous a inculqué ce qui est censé être rationnel ou non. Mais ce que nous prenons pour du rationalisme n’est que du dogmatisme. Le rationalisme consiste à expérimenter les choses pour développer un avis objectif. Le rationalisme ne consiste pas à croire ce que l’on nous dit de croire et à ne pas croire ce que l’on nous dit de ne pas croire. Nous croyons que nous vivons dans une civilisation rationnelle. Mais nous avons seulement remplacé un dogme religieux par un dogme laïc.

Concrètement, au-delà du sujet des guides, aucune croyance n’est nécessaire pour pratiquer la spiritualité. Les gens ont tendance à se forger des cartographies de l’univers spirituel. Et ils y croient comme si cela était la réalité. Mais aucun concept ne peut exprimer la réalité de l’expérience spirituelle. Toutes ces théories ne sont que des panneaux indicateurs qui nous permettent de trouver le spirituel et de partager la face visible de notre expérience.

Certains enseignants spirituels affirment qu’il faut abandonner toutes croyances pour aborder l’expérience spirituelle sans voiles. Cela constitue une bonne indication pour vivre plus profondément les choses. Mais avant d’en arriver là, nous avons souvent besoin de la croyance. Tant que nous considérons la croyance comme un panneau indicateur, cela ne pose aucun problème. C’est le fait de prendre nos croyances pour des réalités qui peut poser problème.

C’est un peu comme l’hallucination et la folie. Dans notre culture, nous avons tendance à assimiler l’expérience hallucinatoire à la folie. Mais en réalité, nous hallucinons tous sans arrêt. Quand je me souviens de ce que j’ai fait hier ou que je réfléchis à ce que je vais faire demain, j’hallucine. Mais je ne suis pas fou parce que je sais que j’hallucine.

Les histoires stimulent notre imaginaire et aborder la spiritualité sans croyances n’est pas très judicieux. Mais considérer la croyance comme une réalité n’est pas très judicieux non plus. Les histoires que nous nous racontons doivent rester des histoires. Et elles doivent toujours être une passerelle vers l’indicible.

Aujourd’hui, personne ne parle de rationalisation des croyances. Il s’agit pourtant d’un pas essentiel vers la liberté. Sans que nous nous en rendions compte, nos croyances nous limitent et nous contrôlent. Elles déterminent ce qui est possible ou non pour notre vie. Si cette démarche vous intéresse, la rationalisation des croyances occupe une grande place dans mon dernier livre « Spirituellement incorrect ».


Découvrez l’auto-initiation reiki en téléchargeant gratuitement ce manuel.

Reiki élémentaire (728.1 KiB)

Le plus gros danger de la spiritualité

Voir mon nouveau livre : Devenez maître karuna pour moins de 12 €


Le principal problème de la spiritualité actuelle est que tout le monde cherche la bonne méthode pour décoller, mais personne ne s’intéresse à l’atterrissage. La vie est faite de hauts et de bas. Ce n’est pas parce que nous sommes dans les airs aujourd’hui que nous ne retomberons pas demain. De ce fait, tout le monde finit tôt ou tard par se crasher.

Lorsque cela se produit, au lieu de réagir avec objectivité, la plupart des gens s’inventent des excuses. Nous sommes tous passés par là un jour ou l’autre. Qui n’a jamais supposé que ses problèmes étaient liés au bas astral, aux envoûtements, ou à son hypersensibilité ? Mais en réalité, la véritable cause de nos problèmes est que nous apprenons à décoller sans connaître la méthode pour atterrir.

Comment fait-on pour atterrir ? Dans le parallèle entre l’ouverture des portes spirituelles et le décollage, en quoi consiste l’atterrissage ? Atterrir consiste à ne plus se raconter d’histoires de perfection, à se connaître objectivement et à s’accepter tels que nous sommes. La perfection existe. Nous pouvons y goûter. Mais elle n’est pas de ce monde. Tôt ou tard, il faut composer avec notre humanité. Atterrir consiste à pratiquer l’introspection et le travail sur soi.

Le problème est que la plupart des gens pensent que l’introspection et le travail sur soi sont forcément des sources de souffrance. C’est parce qu’ils assimilent l’introspection et le travail sur soi au fait de se crasher. Avec les bonnes méthodes, la connaissance et l’acceptation de soi permettent au contraire de se libérer de la souffrance.

Comme l’idée de regarder en soi fait peur, tout le monde se gargarise du travail sur soi, mais il est rare que l’on ose avaler. Si vous avez étudié le reiki, vous avez probablement appris quelques trucs pour gérer les situations difficiles. Mais dans les faits, vous vous êtes senti démuni. Vous avez trouvé cela difficile. Vous aviez le sentiment qu’il vous manquait quelque chose.

Dans mon nouveau livre, « spirituellement incorrect », je partage la méthode que j’ai développée depuis 15 ans, au fil de mes prises de conscience et de mes découvertes. Dans ce livre, je ne me contente pas de vous donner des méthodes pour décoller. J’accorde également une grande importance à l’art d’atterrir en douceur.

Je ne vous garantis pas que les choses seront faciles dès le début. Si j’ai intitulé ce livre « spirituellement incorrect », c’est parce que je sais que concrètement, l’introspection est mal perçue. La mauvaise foi semble tellement plus confortable. Mais plus vite vous changerez votre croyance qui associe introspection et souffrance, et plus vite les choses seront faciles pour vous.
Commandez ce livre sur Amazon


Commandez ce livre sur Amazon