Archives pour la catégorie Spiritualité

Le plus gros danger de la spiritualité

A voir maintenant : Je dévoile tout !


Le principal problème de la spiritualité actuelle est que tout le monde cherche la bonne méthode pour décoller, mais personne ne s’intéresse à l’atterrissage. La vie est faite de hauts et de bas. Ce n’est pas parce que nous sommes dans les airs aujourd’hui que nous ne retomberons pas demain. De ce fait, tout le monde finit tôt ou tard par se crasher.

Lorsque cela se produit, au lieu de réagir avec objectivité, la plupart des gens s’inventent des excuses. Nous sommes tous passés par là un jour ou l’autre. Qui n’a jamais supposé que ses problèmes étaient liés au bas astral, aux envoûtements, ou à son hypersensibilité ? Mais en réalité, la véritable cause de nos problèmes est que nous apprenons à décoller sans connaître la méthode pour atterrir.

Comment fait-on pour atterrir ? Dans le parallèle entre l’ouverture des portes spirituelles et le décollage, en quoi consiste l’atterrissage ? Atterrir consiste à ne plus se raconter d’histoires de perfection, à se connaître objectivement et à s’accepter tels que nous sommes. La perfection existe. Nous pouvons y goûter. Mais elle n’est pas de ce monde. Tôt ou tard, il faut composer avec notre humanité. Atterrir consiste à pratiquer l’introspection et le travail sur soi.

Le problème est que la plupart des gens pensent que l’introspection et le travail sur soi sont forcément des sources de souffrance. C’est parce qu’ils assimilent l’introspection et le travail sur soi au fait de se crasher. Avec les bonnes méthodes, la connaissance et l’acceptation de soi permettent au contraire de se libérer de la souffrance.

Comme l’idée de regarder en soi fait peur, tout le monde se gargarise du travail sur soi, mais il est rare que l’on ose avaler. Si vous avez étudié le reiki, vous avez probablement appris quelques trucs pour gérer les situations difficiles. Mais dans les faits, vous vous êtes senti démuni. Vous avez trouvé cela difficile. Vous aviez le sentiment qu’il vous manquait quelque chose.

Dans mon nouveau livre, « spirituellement incorrect », je partage la méthode que j’ai développée depuis 15 ans, au fil de mes prises de conscience et de mes découvertes. Dans ce livre, je ne me contente pas de vous donner des méthodes pour décoller. J’accorde également une grande importance à l’art d’atterrir en douceur.

Je ne vous garantis pas que les choses seront faciles dès le début. Si j’ai intitulé ce livre « spirituellement incorrect », c’est parce que je sais que concrètement, l’introspection est mal perçue. La mauvaise foi semble tellement plus confortable. Mais plus vite vous changerez votre croyance qui associe introspection et souffrance, et plus vite les choses seront faciles pour vous.
Commandez ce livre sur Amazon


Commandez ce livre sur Amazon

Le nouveau problème du reiki

A voir maintenant : Je dévoile tout !


Les problèmes que rencontrent les gens lorsqu’ils apprennent ou pratiquent le reiki sont toujours un peu les mêmes. Mais lorsque je passe en revue les questions qui m’ont été posées depuis un an, je remarque l’apparition d’un nouveau problème majeur.

Il s’agit du manque d’attention. Cela n’est pas vraiment une surprise. Depuis une dizaine d’années, plusieurs études montrent la dégringolade de la capacité d’attention des Occidentaux. La qualité d’attention étant au cœur de la spiritualité, j’avais déjà proposé des solutions, il y a trois ans, dans mon cours « temple intérieur ». Au passage, j’ai décidé d’arrêter ce cours. Les idées essentielles qu’il contenait seront reprises et mieux développées dans mon prochain livre sur le travail sur soi.

Par contre, la nouveauté en ce qui concerne les problèmes d’attention est que de nombreuses personnes en prennent conscience et me demandent comment faire pour les dépasser.

Si vous avez ce problème, voici quelques conseils qui pourront vous aider.

Ne vous identifiez pas au syndrome du trouble de l’attention

Il est assez facile de développer un trouble de l’attention. Mais avec un peu de volonté, il est également facile d’en sortir. Nous avons tendance à devenir ce que nous croyons et trop s’attacher à un syndrome nous empêche de nous en sortir.

Faites autant que possible une seule chose à la fois

Par exemple, si vous regardez la TV, évitez de faire du réseau social sur votre smartphone. Soyez pleinement dans ce que vous faites, quoi que vous fassiez.

Évitez de zapper

Par zapper, je ne pense pas seulement à la TV. Par exemple, sur les réseaux sociaux, notre attention passe constamment d’un sujet à un autre. Il est donc préférable d’éviter d’y consacrer des heures chaque jour.

Donnez un sens à tout ce que vous faites

Il peut s’agir de n’importe quel sens. Par exemple, pour un loisir, le sens est de prendre du plaisir. Si je donne cet exemple, c’est parce que de nombreuses personnes commencent à regarder une série TV. Elle ne leur plaît pas trop, mais elles continuent de regarder par habitude, sans plaisir. Ne perdez pas votre temps. Si une activité de détente vous ennuie, trouvez-en d’autres qui remplissent votre vie.

Lancez-vous dans une activité plus ou moins créative

Écrivez, dessinez, lancez-vous dans les loisirs créatifs… Si vous pensez qu’aucune activité créative n’est faite pour vous, coloriez des mandalas.

Lire peu également être une bonne thérapie

Je sais que les personnes qui ont un problème d’attention ont parfois du mal à lire pendant plus de dix minutes. Mais en lisant quotidiennement, et en rallongeant progressivement votre temps de lecture, cela peut vous aider à retrouver votre capacité d’attention. Si vous ajoutez une minute par jour à votre temps de lecture, dans un mois vous lirez 40 minutes d’affilée. Et vous n’aurez probablement aucun problème pour lire plus longtemps.


Découvrez l’auto-initiation reiki en téléchargeant gratuitement ce manuel.

Reiki élémentaire (728.1 KiB)

La meilleure des protections spirituelles

A voir maintenant : Je dévoile tout !


En matière de protection/purification dans un contexte spirituel, il est habituel d’entendre deux sons de cloche. D’un côté, certains pensent que l’amour protège et libère de tout. Inversement, d’autres pensent que l’amour ne suffit pas et qu’il est nécessaire d’utiliser des procédures spécifiques pour se libérer et se protéger des influences extérieures.

Bien entendu, chacun est persuadé que l’autre camp n’y connaît rien. Pourtant ces deux points de vue sont probablement le fruit d’une expérience. Certains ont fait l’expérience de l’amour qui libère et protège. D’autres n’ont pas fait cette expérience. De ce fait, ils cherchent des solutions ailleurs. Mais d’où vient cette différence d’expérience ?

Cette différence est liée à la conscience du cœur. Il est très facile de se raconter une histoire d’amour sans vraiment savoir ce qu’il se passe dans notre cœur. C’est triste à dire, mais de nombreuses personnes font cela tout le temps. Elles se racontent des histoires d’amour, mais tout se passe dans leur tête et non dans leur cœur.

C’est d’ailleurs pour cela que dans la pensée populaire, l’amour rend vulnérable. En réalité, il ne s’agit pas d’amour, mais d’une appropriation de l’amour par le mental.

Si vous avez des problèmes et que vous ressentez un besoin de protection et de purification. Si vous n’avez jamais fait l’expérience de la puissance de l’amour dans ce domaine, centrez-vous sur votre cœur et vivez l’amour. Et chaque fois que vous avez l’impression que cela ne fonctionne pas, observez où se situe votre conscience. Au niveau de votre tête ou au niveau de votre cœur ?


Découvrez l’auto-initiation reiki en téléchargeant gratuitement ce manuel.

Reiki élémentaire (728.1 KiB)

En guerre contre le développement personnel ?

A voir maintenant : Je dévoile tout !


J’avais commenté il y a quelques mois un article de Mathieu Ricard qui dénigrait le développement personnel. J’ai constaté le même dénigrement dans le livre sur la joie de Frédéric Lenoir. Il doit y avoir une mode chez les auteurs spiritualistes tournés vers le grand public pour s’attaquer au développement personnel.

Mathieu Ricard dénonçait le manque d’altruisme du développement personnel. En réalité, cela n’est pas toujours le cas. De nombreuses personnes qui enseignent le développement personnel prônent l’altruisme et expliquent par exemple que si nous voulons plus d’amour, il faut partager de l’amour…

Frédéric Lenoir de son côté dénonce les recettes un peu simplistes du développement personnel. Mais cette fois encore, il s’agit d’une généralisation. Le développement personnel est seulement une étiquette. Sous cette étiquette, on trouve du bon et du moins bon.

Dans les faits, le développement personnel ne fait que connaître les mêmes dérives que la spiritualité. Dans les deux cas, on peut trouver des enseignements fumeux, des techniques peu efficaces, des gourous qui ne sont pas là pour les bonnes raisons et font beaucoup de mal autour d’eux… L’appellation « spiritualité » ne signifie pas que nous allons être préservés de tout cela. Et l’appellation « développement personnel » ne signifie pas que nous allons être confrontés à toutes ces dérives.

Le développement personnel est une bonne chose parce que cette discipline peut apporter du bien-être à des personnes dont l’imaginaire est réfractaire à la spiritualité.

Pour ma part, j’apprécie cette appellation pour une autre raison. La spiritualité peut conduire à un certain snobisme et à se raconter toutes sortes d’histoires. Pourtant la spiritualité est une quête d’absolu, la recherche d’un mystère ineffable qui ne se prête guère ni à la verbalisation ni à la comparaison.

C’est pour cela que je considère que la spiritualité commence là où le langage s’arrête. Ce point de vue est d’une manière ou d’une autre défendu par de nombreuses traditions. Il peut sembler extrême et sans « contrepoids », il l’est. Du point de vue de l’absolu, tout ce qui appartient au monde est insignifiant. Mais nous vivons également dans ce monde.

Le contrepoids consiste à considérer que tout ce qui peut être cerné par le langage a également son importance. Et pour ma part, c’est ce contrepoids que je qualifie de développement personnel.

Même si du point de vue de l’absolu tout est déjà parfait et mon psychisme est insignifiant, il a pourtant son importance lorsque j’évolue dans le monde. La quête impersonnelle ne contredit pas forcément la quête personnelle. Elles peuvent même s’engendrer mutuellement. Plus je cherche à développer une meilleure version de moi-même et plus je peux facilement approcher l’absolu. Et plus je connais l’absolu, plus cela transforme ma personne.

Le terme de spiritualité utilisé pour qualifier à la fois le verbal et le non verbal engendre beaucoup de confusion. Le plus souvent, le non verbal passe à la trappe. Toutes les images intermédiaires pour atteindre l’absolu deviennent une fin en soi et la finalité de la spiritualité est oubliée. Par exemple, on oublie que les personnifications du divin ne sont que des personnifications et qu’elles indiquent la direction vers des principes plus abstraits qui eux-mêmes tendent vers l’absolu.

developpement-personnel
Pour savoir ce que la science pense du reiki, téléchargez le document suivant.

Reiki Science (92.3 KiB)

Cohérence corps-esprit ou pouvoir de l’intention ?

A voir maintenant : Je dévoile tout !


J’ai déjà évoqué une pratique, lorsque nous sommes de mauvaise humeur, ou en se forçant à sourire, notre humeur s’améliore. Dans certaines situations, les changements du corps ont un effet sur l’esprit. C’est le cas pour la respiration. Mais pour le sourire qui entraîne un changement d’humeur, je me demande si c’est vraiment le cas.

Certaines personnes cachent leurs émotions en affichant un « masque » souriant pratiquement en permanence. Et généralement, cela ne les rend pas spécialement plus heureuses. Au contraire, leur vie est superficielle et confuse. Pourtant la pratique du sourire forcé fonctionne.

Je me demande si ce n’est pas simplement le résultat du principe que j’évoquais il y a quelques mois et qui explique le fonctionnement de bon nombre de pratiques spirituelles. On choisit un « rituel ». On lui associe un résultat. Et le fait de pratiquer le rituel entraîne le résultat. Dans ce cas précis, le sourire est le rituel, et une meilleure humeur le résultat attendu.

Il existe de nombreuses expériences scientifiques sur la cohérence entre le corps et l’esprit. Cet exemple montre à quel point ce n’est pas simple de mettre en place un protocole d’expérimentation fiable. Que mesurent vraiment ces expériences ?

Le simple fait de dire à une personne « nous allons tester les effets du sourire forcé sur l’humeur » va avoir un impact qui va fausser le résultat. Inconsciemment, la personne va être tentée de modifier son humeur.

Si l’on ne lui dit rien sur le but de l’expérience, il va de toute façon être nécessaire de mesurer son changement d’humeur. Pour cela, si l’on utilise un système de biofeedback (rythme cardiaque, tension artérielle…) la personne ne comprendra pas ce que l’on fait et n’aura pas d’intention particulière. Mais si on lui fait passer un test psychotechnique pour mesurer son changement d’humeur, le contenu du test risque d’influencer la personne.

Encore une fois, comme cela m’arrive souvent ces derniers temps, cet article n’apporte pas de solutions, mais se contente de poser une question.

coherence-corps-esprit
Pour savoir ce que la science pense du reiki, téléchargez le document suivant.

Reiki Science (92.3 KiB)