Ma démarche écologique

Pour beaucoup, l’écologie se résume à manger bio et trier ses déchets, mais rarement à changer radicalement son comportement énergétique. Je ne critique pas cela, il est en effet difficile de se détacher de la société de consommation pour vivre autrement. Lorsqu’on est dans la société de consommation, la pression sociale est forte, qu’on le veuille ou non, et la moindre initiative est difficile. Il faut avoir tel travail, tel appartement, tels vêtements, … en entretenant l’illusion que cela fera notre bonheur. Même lorsqu’on comprend cela, il est encore difficile de se libérer.

Gandhi disait, « soyez le changement que vous voulez voir dans le monde ». C’est ce que j’ai un jour décidé de mettre en application. Cela fait maintenant deux ans que j’ai décidé de quitter la ville pour vivre en pleine campagne et développer une agriculture plus ou moins autarcique. Mon but est d’arriver d’ici deux ans à produire la quasi-totalité de ma nourriture, et la totalité de mon chauffage, avec une consommation d’énergie minimale.

paysage

Pour arriver à cela, je mets en place une technique d’assolement quadriennal. Son principe est de partager la terre que l’on cultive en huit parcelles. Tous les ans une parcelle est mise en jachère pour quatre années, ce qui fait donc que la moitié de la terre est au repos (quatre parcelles en jachères, quatre cultivées). La rotation des cultures fait qu’une même espèce ne se retrouve au même endroit que tous les huit ans, ce qui évite bien des problèmes de maladies et parasites, et permet d’éviter les traitements chimiques.

En ensemençant les jachères de légumineuses (trèfle, luzerne), il est possible d’enrichir la terre naturellement en azote. Il faut savoir qu’aujourd’hui, environ 750kg d’azote chimique sont nécessaire chaque année, pour produire la nourriture d’un Occidental, et la fabrication de cet engrais nécessite 1500 litres de gasoil. Alors qu’en respectant les cycles de repos de la terre, on peut produire cet azote naturellement, sans consommer aucune énergie. En restituant au maximum les matières organiques devenues inutiles (toilettes sèches, fumier, compost), il est possible d’enrichir la terre naturellement, tout en la cultivant intensivement.

Concernant le chauffage je souhaite me chauffer uniquement au bois. Lorsqu’on possède un système de chauffage performant, et que l’on exploite le bois localement, c’est le mode de chauffage le plus respectueux des cycles de la nature. En effet le CO2 rejeté lors de la combustion du bois est équivalent au CO2 capté lors de la croissance de l’arbre. D’autant que dans une forêt non entretenue les vieux arbres vont pourrir et rejeter du CO2. Quitte à ce que ce CO2 soit rejeté, autant utiliser les arbres pour se chauffer avant qu’ils ne pourrissent pour en replanter des jeunes qui vont être très consommateurs de CO2.

Découvrez l’auto-initiation reiki en téléchargeant gratuitement ce manuel.

Reiki élémentaire (728.1 KiB)