Réflexions sur la dynamique de l’initiation

Formation basée sur le reiki d'Hiroshi Doi


Le système initiatique du gendai reiki est assez différent des autres reiki.

On reçoit trois initiations sans les symboles, lors du reiki I.
On reçoit trois initiations lors du reiki II, une par symbole.
On reçoit une initiation lors du reiki III avec uniquement le symbole du maître.
Et comme dans cette forme de reiki, il n’y a pas de symbole supplémentaire pour le reiki IV, on reçoit une initiation de rappel, avec tous les symboles.

Dans la formation à distance que je propose, je m’inspire du reiki d’Hiroshi Doi. Mais il ne s’agit pas de gendai reiki. Il s’agit de gendai ki reiki. Le système initiation que j’utilise est donc un peu différent. Je me base sur les protocoles d’origine et je les utilise en visualisation. Mais je donne une seule initiation par niveau.

Au reiki I, je donne une initiation sans les symboles.
Au reiki II, je donne une initiation qui combine les trois initiations du gendai reiki avec les trois symboles.
Au reiki III je donne une initiation avec uniquement le symbole du maître.
Au reiki IV, je donne une initiation globale avec tous les symboles. Mais je trouve que le protocole reiki IV du gendai reiki est un peu trop expédiée et j’utilise le protocole des niveaux un à trois adaptés avec les quatre symboles.

Mon choix pour le reiki II ne vous étonne probablement pas. Plutôt que de donner trois initiations d’affilé, j’en donne une trois fois plus longue.

Mon choix pour le reiki IV est également facile à comprendre. Dans le protocole reiki IV original, il n’y a que 6 canalisations de symboles. Le symbole du maître sur la tête, le premier symbole sur les deux premiers chakras, le second symbole sur les chakras trois et quatre, le troisième symbole sur les chakras cinq et six, à nouveau le symbole du maître sur la tête, puis au niveau du coccyx. Dans ma version, il y a 36 canalisations de symboles (les quatre symboles sur les neuf points utilisés dans le protocole du gendai reiki pour les niveaux un à trois). Il est bien évident que plus je prends du temps pour canaliser les symboles et plus vous avez le temps de recevoir l’énergie. J’aurais pu utiliser le protocole original et canaliser les symboles pendant 3 minutes au lieu de trente secondes, mais selon mon expérience, il est plus facile de rester correctement concentré lorsqu’on active régulièrement un nouveau symbole.

Pour le reiki III, il n’y a rien de spécial à dire vu que je reste proche de la méthode traditionnelle que j’adapte à distance.

Mais pour le reiki I, vous vous demandez probablement pourquoi j’ai choisi de ne donner qu’une initiation.

Avant de commencer à enseigner professionnellement, j’ai fait de nombreuses expériences autour de l’initiation reiki, en présence, puis à distance. En présence, j’ai commencé à pratiquer comme les maîtres qui enseignent le reiki de manière industrielle. J’entends par là, les personnes qui animent des stages avec 10 ou 15 personnes et qui expédient les initiations en 2 minutes.

Ayant des amis avec une certaine sensibilité énergétique, cela m’a permis d’avoir un retour sur ce qui fonctionne ou pas. Je me suis rendu compte qu’avec les initiations sans contraction du point hui yin, il ne se passe pas grand-chose. C’est assez logique, puisqu’en deux minutes, on ne transmet finalement qu’assez peu d’énergie. Il faut du temps pour que l’énergie reiki s’installe. On s’en rend bien compte lorsqu’on pratique un traitement.

Par contre, après une initiation « hui yin », quel que soit le protocole utilisé, une personne sensible à l’énergie se sent un peu ivre. Dans son livre, Diane Stein va dans ce sens et considère que la contraction du point hui yin est le moteur de l’initiation.

Plus tard, j’ai pratiqué les initiations à distance sans contraction du point hui yin, mais en prenant mon temps pour canaliser l’énergie reiki et les symboles. Et je me suis rendu compte que c’était également une méthode efficace.

J’ai alors commencé à remettre en question les initiations « hui yin ». La contraction du point hui yin est similaire au mula bandha du yoga qui stimule la kundalini. Cette énergie est à l’opposé de la passivité du reiki.

Certains enseignants prétendent qu’il faut être initié pour être capable de canaliser le reiki, qu’il faut recevoir la véritable énergie de Mikao Usui… Et pourtant, ils n’utilisent même pas l’énergie reiki lors de leurs initiations !

Ensuite, lorsque j’ai donné des initiations en présence, j’ai utilisé mon expérience à distance en prenant du temps pour canaliser l’énergie et les symboles, sans contraction du point hui yin. Et le résultat est finalement bien plus satisfaisant ainsi.

Bien sûr, une personne qui enseigne le reiki de manière industrielle ne peut pas prendre 20 ou 30 minutes pour donner une initiation. Mais s’il vous arrive de donner des initiations en petit comité, vous pouvez en faire l’expérience. Ne prenez pas trop votre temps lorsque la personne a les bras en l’air. Mais chaque fois que la position est confortable, prenez du temps pour bien transmettre les symboles.

Pour en revenir au sujet de départ, Hiroshi Doi anime des stages de reiki I en 3h. Il est évident qu’il donne les initiations à la chaîne. Accessoirement, comme il n’y a pas de contraction du point hui yin dans le gendai reiki, ce type d’initiation est seulement un placebo. Je ne dis pas cela pour dénigrer cette situation. Le propre d’un placebo est qu’il est parfois efficace. Mais plutôt que de vous donner trois initiations de 2 minutes, je vous donne une seule initiation bien plus longue et le résultat ne peut être que meilleur, car la transmission d’énergie a le temps de se produire.